ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

VIOLENCES ELECTORALES EN COTE D’IVOIRE : 100 Ivoiriens de la diaspora saisissent l’UE pour exiger le rapatriement de Soro

Le lundi 23 novembre 2020, 100 citoyens ivoiriens et européens d’origine ivoirienne ont saisi par courrier, la Présidente de la Commission Européenne Ursula Von Der Leyden, ainsi que David Sassou, Président du Parlement Européen, pour demander leur concours afin que l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, qui serait selon eux l’un des instigateurs des violences électorales en Côte d’Ivoire, de-même que certains de ses acolytes exilés en Europe, soient remis à la justice ivoirienne.

« Ces dernières semaines, la République et le Gouvernement de Côte d’Ivoire font face à des actes de défiance et de sédition. Ceux-ci, malheureusement ont entraîné selon le bilan officiel, quatre-vingt-cinq (85) pertes en vies humaines, de nombreux blessés et des destructions publics et privés dans certaines localités du pays. Certains acteurs politiques ivoiriens dont Monsieur Guillaume Kigbafori Soro, ont été des catalyseurs de violences, d’infractions et d’atteintes graves à l’Etat de Droits. (…) Nous sollicitons votre contribution pour faciliter la mise hors d’état de nuire de tous les auteurs et commanditaires de ces actes qui pourraient faire basculer le pays dans le même effondrement que connaissent certains de ses voisins », ont-ils appelé dans leurs différents courriers, ajoutant que la Côte d’Ivoire « terre, modèle et promotrice de la démocratie, de l’humanisme et des Droits de l’Homme, ne saurait être une base arrière ou le point de départ d’actes subversifs ciblant un pays ami avec lequel l’Union Européenne entretient d’excellentes relations, faites d’amitié de coopérations économiques et diplomatiques ».

Pour ces Ivoiriens, ces courriers sont adressés aux instances de l’Union Européenne dans objectif de leur expliquer la crise que traverse le pays et leur faire comprendre que la partie de l’opposition ivoirienne qui a refusé de participer au scrutin du le 31 octobre 2020, est dans le faux.

D’abord, les 100 signataires ont indiqué que le Conseil Constitutionnel a dit le droit en rejetant les 40 candidatures les 44 enregistrées par la Commission électorale indépendante. Ensuite, ils ont tenté de démontrer que Guillaume Soro et cette partie de l’opposition qui lui a été fidèle, ne songeaient qu’à profiter du scrutin pour créer le chaos…

L’Intelligent d’Abidjan

Articles similaires

AFRICALLIA 2023 : La 7 édition sous le signe de la résilience

ActuBurkina

RECONCILIATION NATIONALE : Blaise Compaoré prêt à demander pardon au peuple burkinabè

ActuBurkina

STABILITE AU BURKINA: l’Appel de Manéga remis aux acteurs nationaux et internationaux

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR