ActuBurkina
A la une Société

RECONCILIATION NATIONALE : le MPCRN sollicite l’appui  de Christophe Dabiré

Le Mouvement de plaidoyer du retour de la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso (MPCRN) était en fin de matinée de ce jour 20 février 2020 dans les locaux de la Primature pour une audience avec le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré.

 Il a été question pour la présidente de ce Mouvement Safiatou Lopez/ Zongo et la délégation qui l’accompagnait, de présenter d’une part la structure au Chef de l’exécutif, d’autre part, de solliciter son appui pour l’aboutissement de cette quête de la réconciliation entre les fils et les filles du Faso. A sa sortie d’audience, la Présidente du Mouvement dit être satisfaite parce que assurance leur a été donnée de soutenir le processus.

En mi-janvier 2020, voyait le jour le Mouvement de plaidoyer du retour de la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso (MPCRN) avec pour objectif de travailler comme son nom l’indique, à la réconciliation et à l’unité nationale au regard de la situation de crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso depuis 2015. Pour les initiateurs de ce mouvement dont Safiatou Lopez/ Zongo et bien d’autres acteurs de la société civile, cette réconciliation nationale ne serait être effective et réelle sans un dialogue inclusif. Et c’est sur cet élan, que le Mouvement a entrepris depuis lors des démarches auprès des différentes couches sociales burkinabè pour partager son ambition et surtout de recueillir l’adhésion des uns et des autres.

Ce 20 février 2020, c’est le tour du Chef du Gouvernement Christophe Joseph Marie Dabiré de recevoir la délégation du MPCRN conduite par sa présidente Safiatou Lopez/Zongo. « Le Premier ministre nous a rassuré qu’il allait nous accompagner dans cette démarche pour la réconciliation et la cohésion nationale » a-t-elle indiqué. Pour la présidente, ce soutien du Chef de l’exécutif est de taille puisque la démarche du Mouvement est d’organiser le plus rapidement possible, le dialogue national et de poursuivre que « nous ne pourrons pas y arriver si nous n’avons pas le soutien des autorités ».
La délégation s’est dite confiante pour la suite car la question de « réconciliation nationale tient à cœur le Premier ministre
» qui l’a d’ailleurs évoquée lors de sa déclaration de politique générale prononcée devant la Représentation nationale en février 2019.
Le Mouvement reconnait qu’il est l’initiateur de cette démarche vers la réconciliation nationale, mais il appartient en premier chef, aux autorités politiques Burkinabè, d’en proposer un contenu et un calendrier pour sa mise en œuvre.

DCRP/PRIMATURE

 

Articles similaires

Burkina : les frontières terrestres et ferroviaires ouvertes à compter du 1er décembre 2021

ActuBurkina

Dématérialisation des procédures administratives : Accélérer le processus pour une administration plus efficace

ActuBurkina

BURUNDI : la CPI autorise l’ouverture d’une enquête pour crimes contre l’humanité

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR