ActuBurkina
A la une Politique

Gendarmerie nationale : le Lieutenant-colonel Evrard Somda aux commandes

Nommé le 1er février 2022, chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale, le Lieutenant-colonel Evrard Somda a pris le commandement de l’Institution le 11 février dernier à la caserne du camp Paspanga à Ouagadougou. Le nouveau chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale a reçu le drapeau, symbole du commandement, des mains du chef d’Etat major-général des armées, le Colonel-major David Kabré. Il entend réorganiser la Gendarmerie pour la rendre plus opérationnelle.

 « Après une soixantaine d’années d’existence, il est impérieux que la Gendarmerie nationale du Burkina Faso soit réorganisée à l’image des gendarmeries sœurs de la sous-région, afin d’être pleinement opérationnelle pour répondre présente aux rendez-vous importants qui lui sont fixés », c’est ce qu’a déclaré le Lieutenant-colonel, Evrard Somda  après avoir reçu du chef d’Etat-major général des armées, le Colonel-major David Kabré, le symbole du commandement faisant désormais de lui, le chef d’Etat-major de la gendarmerie nationale, le 11 février dernier à la caserne du camp Paspanga à Ouagadougou. Il succède à ce poste le Colonel-major Omer Bambara. En effet, pour le nouveau patron de la gendarmerie, les dysfonctionnements constatés lors de la dernière attaque survenue à Inata viennent rappeler l’urgence de procéder à une réorganisation profonde de l’institution afin de lui donner l’autonomie nécessaire à son efficacité, sans préjudice à la modernisation des autres armées et des liens fonctionnels qui devraient exister entre elles.

Chaude poignée de main entre le Chef d’état major de la gendarmerie sortant (g) et celui entrant

Le nouveau chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale a indiqué que la Gendarmerie doit faire sa mue en luttant contre les pratiques corruptives en son sein afin de légitimer son action régalienne. Et pour cela, poursuit-il, il faut œuvrer à ce que la compétence et la probité soient les repères pour faire en sorte que les pratiques contraires à l’éthique et à la déontologie du gendarme ne galvaudent pas la devise de l’institution qui est : « Pour la Patrie, la Loi et l’Honneur ». « La situation sécuritaire de notre pays nous commande de doper notre moral, de révigorer la confiance en nos capacités guerrières incisives et décisives au combat », a laissé entendre le Lieutenant-colonel Evrard Somda avant de poursuivre en ces termes : « Nous dévons être plus exigeants dans l’exécution rigoureuse des savoir-faire adaptés à la menace, dans la discipline et le respect des lois de la République »

Le nouveau commandant de la Gendarmerie a enfin déclaré qu’en plus des engagements actuels sur divers fronts dans la lutte contre le terrorisme, il entreprendra la dynamisation des unités et des sous unités de la Police judiciaire et techniques dédiées aux investigations en matière de corruption, de fraude, de crimes économiques, de trafics divers, toute chose qui contribueraient, selon lui, seulement à assécher les sources de financement du terrorisme.

 Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

Burkina : 50 Ambassadeurs en croisade contre le gaspillage d’eau et d’énergie

ActuBurkina

AFRIQUE DU SUD: l’opposition tente d’obtenir une procédure de destitution de Zuma

ActuBurkina

Réquisition de 200 kg d’or de la société SEMAFO: Le gouvernement rassure les investisseurs

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR