ActuBurkina
A la une Politique

ASSEMBLE NATIONALE: l’UPC fustige la gestion du président Salifou Diallo

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a animé une conférence de presse le 2 février 2017 à Ouagadougou pour présenter le bilan de ses activités  au cours de l’année 2016.

Le groupe parlementaire UPC (GP-UPC) n’est pas satisfait de la gestion actuelle de l’Assemblée nationale. C’est du moins ce qui est ressorti lors de la conférence de presse animée par les représentants de ce groupe parlementaire le 2 février dernier pour faire le bilan de leurs activités de l’année 2016. Pour l’essentiel, le groupe se dit satisfait des activités ayant été menées. L’élection du président du groupe et du candidat à la présidence de l’Assemblée nationale le 28 décembre 2015 dernier, la validation des mandats des députés, la visite aux malades des attaques terroristes, la participation à la commission ad ’hoc pour la levée de l’humilité parlementaire du député Salifou Sawadogo, la participation à la rédaction de la nouvelle Constitution de la 5e république,  etc sont entre autres qui ont été réalisées.

Toutefois, le groupe a dénoncé la gestion actuelle du Parlement par son patron actuel, Salifou Diallo.  A en croire le groupe, l’institution « est mal gérée » du point de vue managériale par « l’homme fort » Diallo qui « fonctionne sur une logique assez difficile à cerner… par une capacité à influencer ses vis-à-vis, à imposer une vision et ses vues ». Le président du groupe parlementaire, Alitou Ido, n’a pas manqué de déplorer l’absence de député de l’opposition au poste de la questure qui aurait dû permettre d’assurer un contrôle interne plus efficace sur l’ensemble des flux financiers. Au regard de cette situation,  il a appelé  à une participation plus active des 2e et 3e   vice-présidents de l’Assemblée nationale  issus de l’opposition politique à participer à la gestion stratégique de la représentation nationale, à ne pas  se contenter  de jouer  des rôles cosmétiques qui se résument à ouvrir et  fermer les ateliers et séminaires et à représenter le président, Salifou Diallo, aux évènements sociaux. Par ailleurs, il a déclaré que pour une bonne marche de l’Assemblée Nationale,  il faut la présence de l’opposition à la questure  avant de demander l’ouverture d’une enquête parlementaire de l’opposition sur la gestion financière de l’institution dans son entièreté.

Cette conférence de presse a été l’occasion pour le groupe parlementaire de présenter son nouveau bureau. Et c’est Daouda Simboro qui est désormais le nouveau président du groupe parlementaire UPC. Il remplace à ce poste Alitou IDo. Quant à l’affaire des tablettes, le député Justin Compaoré a laissé entendre qu’ils avaient en son temps  dit non aux tablettes.

Monique W. SORO

(Stagiaire)

 

 

Articles similaires

Marché à bétail de Ouaga-inter: Les occupants déguerpis de force

ActuBurkina

UNHCR recherche un (e) consultant (e)

ActuBurkina

Coup d’Etat au Niger : Ouagadougou et Bamako  envoient une mission à Niamey

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR