ActuBurkina
A la une Société

Tournée de sensibilisation sur la réconciliation nationale : l’UNDD met le cap sur la cité de Oubri

L’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) a entamé une tournée de sensibilisation sur la réconciliation nationale, la cohésion sociale et le vivre-ensemble. Le 10 septembre 2022, la délégation du parti est allée à la rencontre des chefs coutumiers et des leaders d’opinion de la province de la province de l’Oubritenga dans la région du plateau central. L’objectif de la rencontre était d’échanger avec ces leaders sur la nécessité de travailler à une réconciliation vraie au Burkina Faso.

Après l’étape de Tenkodogo et de Kongoussi pour ne citer que ces deux localités, l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) a mis le cap sur Ziniaré dans la province de l’Oubritenga dans le cadre de sa tournée de sensibilisation sur la réconciliation nationale. C’était le 10 septembre 2022. Dans cette localité, le parti de Me Herman Yaméogo a rencontré les chefs coutumiers et les leaders d’opinion. Les échanges ont porté sur la réconciliation nationale.

Fidèle Kaboré au cours de son intervention

Dans sa prise de parole, Fidèle Kaboré, contributeur à la réconciliation et à la cohésion sociale et membre de la délégation de l’UNDD a signifié que la réconciliation nationale tant prônée n’a pas commencé avec les autorités actuelles. En effet, il a affirmé que du président Blaise Compaoré au président Roch Kaboré en passant par Yacouba Isaac Zida et Michel Kafando, chacun en ce qui le concerne a posé sa pierre pour la construction d’un mieux vivre-ensemble et une réconciliation au Burkina. C’est pourquoi il a exhorté chacun à soutenir la transition pour l’avènement d’une réconciliation vraie, gage du développement durable pour le Burkina. Prenant les exemples des pays tels l’Afrique du Sud et le Rwanda, qui malgré les difficultés rencontrées dans leur histoire politique et sociale ont pu se surpasser pour aller à une réconciliation, il a dit avoir foi que les Burkinabè peuvent en faire autant pour l’avènement d’une réconciliation vraie au bénéfice de toute la nation.

Naaba Sanem de Ziniaré s’adressant aux journalistes

Et le Naaba Sanem de Ziniaré de renchérir en ces termes : « les leaders coutumiers religieux que nous sommes sont engagés pour la paix et la réconciliation nationale parce que notre chef suprême, le Moogho Naaba nous a instruit d’aller œuvre dans nos différentes contrées au retour de la paix et la réconciliation au Burkina Faso ». Il a ensuite félicité et encouragé l’initiative de l’UNDD et a précisé que s’il a accepté d’accueillir et de soutenir l’initiative, c’est assurément parce qu’elle entre en droite ligne dans ce que les leaders coutumiers font déjà comme travail cohésion sociale sur le terrain. « Nous sommes tous préoccupés par ce qui arrive à notre pays en ces moments parce sans sécurité paix aucun développement n’est envisageable », a laissé entendre le Naaba Sanem. Il a souhaité enfin une cohésion entre les politiciens de toute obédience afin d’oeuvrer pour l’intérêt général et non pour ceux égoïstes et claniques, qui ne couvent que des germes de violence et de haine.

Une photo de famille pour immortaliser l’évènement

Un représentant des jeunes et une représentante des femmes de l’UNDD ont joint aussi leurs voix pour appeler les populations de l’Oubritenga à s’engager de tout cœur pour l’évènement de la réconciliation au Faso.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

Demande de départ de l’armée française du Burkina: Une décision en phase avec une bonne partie de l’opinion publique burkinabè, selon Abdoul Karim Sango

ActuBurkina

Sommet CEDEAO : Les autorités du Burkina, de la Guinée et du Mali interdits de voyager

ActuBurkina

Ivoirisation de Blaise Compaoré, mandats d’arrêt internationaux, relations ivoiro-burkinabè: Ce qu’Etienne Traoré pense

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR