ActuBurkina
A la une Société

Tentative de coup d’Etat : la société des forces de sécurité et d’intervention privée élucide les faits

La société des forces de sécurité et d’intervention privée a tenu ce 10 octobre 2023, un point de presse au siège des forces d’intervention privée à Ouagadougou. Objectif, redorer l’image de la société qui a été salie et celle de leur collègue Koundar Ebénézer Da qui ont été pris pour cible par des manifestants dans la ville de Houndé lors d’une mission d’escorte à Banfora du 26 au 29 septembre 2023.

Pensant avoir mis la main sur un groupe de mercenaires venant d’un pays voisin pour déstabiliser le régime de la transition, des manifestants refusent de céder le passage à une mission d’escorte de la société des forces de sécurité et d’intervention privée, occasionnant ainsi un blessé et des dégâts matériels. Dégâts estimés à environ 20 millions de FCFA. Malgré l’intervention de la police et de la gendarmerie, ces manifestants n’ont rien voulu comprendre. Koundar Ebénézer DA, chef d’équipe d’intervention, a même été accusé d’être un Ivoirien envoyé par son président pour déstabiliser la transition. C’est avec presque des larmes aux yeux que celui-ci s’exprime : « Je rends grâce à Dieu pour avoir préservé ma vie. Je remercie aussi ces personnes qui ont intervenu ce jour pour que je sois présent aujourd’hui. Personnellement je suis très touché par cette situation. On nous a pris pour des terroristes, des personnes qui devaient déstabiliser un régime. Quand nous avons été face aux faits dans la nuit du 26 septembre 2023, nous avons contacté la gendarmerie qui nous a rassuré que le matin ils trouveront une solution mais leur intervention a été vaine. Nous sommes restés là jusqu’à ce que les manifestants commencent à saccager le véhicule. Et moi, ils m’ont pris pour un Ivoirien envoyé par le président Alassane Ouattara, je ne sais pas s’ils font référence à mon teint pour m’identifier à un Ivoirien. »

Honoré Yaméogo, directeur technique de la société et directeur des opérations par intérim, confirme qu’il y avait bel et bien des armes présentes dans le véhicule, mais avec en leur possession, le permis de port d’arme. « L’axe Bobo-Banfora est un axe où des cas de braquage sont fréquents. Les armes et les gilets étaient pour notre protection. Les gens ont trouvé que le nombre de gilets était supérieur au nombre de personnes dans le véhicule. Pourtant ceux que nous devons escorter sont censés se protéger aussi. » Il précise que la société entretient une bonne collaboration avec les autorités compétentes du Burkina. La force de sécurité et d’intervention privée dément de ce fait toutes les accusations faisant de leurs éléments des mercenaires qui tentaient de mener des actions de déstabilisation. Elle salut par ailleurs le professionnalisme de l’armée qui s’est déportée sur les lieux qui a permis de sauver la vie de leurs éléments.

Marie Jacintha DRABO (stagiaire)

Articles similaires

Prix d’excellence 2022 : Deux « supers enseignants » reçoivent une villa de type F3 chacun

ActuBurkina

TCHAD : 3 morts et 56 blessés dans deux attentats-suicide

ActuBurkina

RECONCILIATION NATIONALE : Blaise Compaoré prêt à demander pardon au peuple burkinabè

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR