ActuBurkina
A la une Société

TCHAD : la presse range micros, caméras, plumes demain mercredi

L’Union des journalistes tchadiens (UJT) lance une journée sans presse mercredi pour dire non aux agressions dont les journalistes sont victimes dans l’exercice de leur métier par les services de sécurité.

Ils dénoncent aussi les fermetures non justifiées des radios communautaires des provinces par des autorités locales en cette période de crise sociale. Cette journée  consiste à fermer les journaux, les radios et télévisions publiques et privées pendant 24h sur l’ensemble du territoire national.

L’action vise à protester contre le traitement inhumain et dégradant infligé, selon eux, aux journalistes qui tentent de couvrir les manifestations ces derniers temps au Tchad suite aux mesures d’austérité réduisant les salaires des agents de l’Etat.

Selon Belngar Larmé Laguerre, président de l’UJT, « les journalistes en reportage deviennent les cibles de la police », mais aussi des « filatures » et des « menaces »…

Le président du Haut conseil de la communication, Dieudonné Djonabaye, a tenté de dissuader la plateforme des organisations des journalistes à surseoir à cette journée pour 48 heures, mais sans succès.

Toutefois, il prend acte de cette action. « Nous les comprenons, mais le contexte ne s’y prête pas », a-t-il déclaré.

C’est dans un climat de suspicion entre les journalistes et les services de sécurité en cette période de crise, qu’un journal trimensuel vient de voir le jour, Salam Info, un journal d’information générale et d’analyse.

VOA Afrique

Articles similaires

POE NAABA: « La chefferie coutumière et traditionnelle est éminemment politique »

ActuBurkina

Abattage des espèces protégées: 14 défenses d’éléphants saisies  à Ouagadougou

ActuBurkina

LIBERTES RELIGIEUSES : la FAIB demande le retrait du projet de loi

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR