ActuBurkina
A la une Annonces Politique

Sanctions de la CEDEAO contre le Niger: Ouaga et Bamako solidaires de Niamey

A travers un communiqué conjoint publié ce 31 juillet 2023, le Burkina Faso et le Mali ont exprimé leur solidarité à la république du Niger face aux sanctions prises par la CEDEAO après le coup d’Etat qui a mis fin au pouvoir du président Mohamed Bazoum. Dans le communiqué lu par le ministre en charge de la communication, porte-parole du gouvernement du Burkina Faso, Jean-Emmanuel Ouédraogo, les deux pays ont mis en garde la CEDEAO contre toute intervention militaire au Niger. Nous vous proposons ici in extenso ledit communiqué.

Communiqué conjoint numéro 001 du Burkina Faso et de la République du Mali 

Les gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali ont appris par voie de presse les conclusions des Sommets extraordinaires de la CEDEAO et de l’UEMOA tenus le 30 juillet 2023 à Abuja au Nigeria sur la situation politique au Niger.

Les gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali :

1-Expriment leur solidarité fraternelle et celle des peuples burkinabè et malien au peuple frère du Niger qui a décidé en toute responsabilité de prendre son destin en main et d’assumer devant l’histoire la plénitude de sa souveraineté.

2-Dénonent la persistance de ces organisations régionales à prendre des sanctions aggravant la souffrance des populations et mettant en péril l’esprit de panafricanisme.

3-Refusent d’appliquer ces sanctions illégales, illégitimes et inhumaines contre le peuple et les autorités nigériens.

4-Avertissent que toute information militaire contre le Niger s’assimilerait à une déclaration de guerre contre le Burkina Faso et le Mali.

5- Préviennent que toute intervention militaire contre le Niger entrainerait un retrait du Mali et du Burkina Faso de la CEDEAO ainsi que l’adoption de mesures de légitime défense en soutien aux forces armées et au peuple du Niger.

6-Mettent en garde contre les conséquences désastreuses d’une intervention militaire au Niger qui pourrait déstabiliser l’ensemble de la région comme l’a été l’intervention unilatérale de l’OTAN en Libye, qui a été à l’origine de l’expansion du terrorisme au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Les gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali sont profondément indignés et surpris par le déséquilibre observé  entre, d’une part, la célérité et l’attitude aventurière de certains responsables politiques d’Afrique de l’Ouest désireux d’utiliser les forces armées pour rétablir un ordre constitutionnel dans un pays souverain et d’autre part, l’inaction, l’indifférence et la complicité passive de ces organisations et de ces responsables politiques à aider les Etats et les peuples victimes de terrorisme depuis une décennie et abandonnés à leur sort.

En tout état de cause, les gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali invitent les forces vives à se tenir prêtes et mobilisées en vue de prêter main forte au peuple nigérien en ces heures sombres du panafricanisme.

Que Dieu bénisse l’Afrique et préserve les Africains !

Fait à Ouagadougou et à Bamako, le 31 juillet 2023

Articles similaires

Coups de feu en Guinée Bissau : la CEDEAO demande aux militaires de retourner dans les casernes

ActuBurkina

APRES LE CNT, l’EX MAJORITE CLAQUE LA PORTE DU CRNR

ActuBurkina

CONSEIL DES MINISTRES: le gouvernement déclare l’état de catastrophe naturelle

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR