ActuBurkina
A la une Société

PRISE EN CHARGE DES MALADES PAR LE CORPS MEDICAL : le CROMO invite la population à recourir aux voies légales en cas d’insatisfaction

Dans cette déclaration ci-dessous, le Conseil Régional de l’ordre des Médecins de Ouagadougou (CROMO) condamne avec fermeté les violences exercées sur les membres du corps médical et invite la population à utiliser les voies de recours légales prévues en cas d’insatisfaction des prestations.

« Dans la nuit du 4 au 5 juin 2017 des membres de l’équipe de garde en service aux urgences traumatologiques du CHUYO ont été victimes d’agressions physiques par des accompagnants d’un patient qui y a été admis suite à un accident de la circulation et qui a malheureusement succombé.Les circonstances de ces évènements malheureux et regrettables se rapportent aux conditions d’exercice de leur métier par les médecins et les autres membres du corps médical. Le CROMO tout en exprimant sa profonde compassion à la famille du défunt à qui il présente ses sincères condoléances, condamne avec fermeté les violences exercées sur les membres du corps médical.

Le CROMO tient à rappeler :

-Que le respect de la vie de la personne humaine constitue, en toute circonstance, le devoir primordial du médecin dont la vocation première est de préserver cette vie par la mise en œuvre de son savoir-faire et de sa science au profit de ses patients ; le tout dans une éthique professionnelle qui ne saurait faillir ;

 -Que le médecin doit donc ainsi soigner, avec la même et bonne conscience, tous ses malades quels que soient leur origine, leur race, leur nationalité, leur condition sociale, leur religion, leur réputation et les sentiments qu’ils lui inspirent.

-Qu’en conséquence, le médecin ne doit et ne peut en aucun cas, exercer sa profession dans des circonstances et des conditions mettant gravement en cause la qualité des soins et des actes médicaux subséquents

 -Que le médecin pour exercer sa profession, doit disposer des conditions nécessaires et idoines, comprenant notamment, des installations et des moyens techniques nécessaires et indispensables à l‘exercice de son art.

Le CROMO appelle la population à plus de compréhension, de retenue et à utiliser les voies de recours légales prévues en cas d’insatisfaction des prestations (l’administration de la structure, les ordres en santé, la justice) car nul ne saurait se faire justice lui-même. En effet, malgré les conditions de travail difficile, l’équipe médicale fait des efforts pour assurer la continuité des soins.

Le CROMO interpelle le ministère de la santé afin qu’il soit impérativement mis en place des mesures rigoureuses visant à assurer la sécurité de l’équipe médicale dans les structures de soins afin que cette situation ne se reproduise plus. Aussi, il est plus que jamais impératif que l’environnement et les conditions de travail soient améliorés pour permettre aux équipes soignantes d’offrir des soins de qualité aux populations qui en réclament.

Les mauvaises conditions de travail ainsi qu’un environnement inadéquat sont en grande partie à l’origine des incompréhensions entre malades et soignants. Pour ce faire, nous interpellons une fois de plus le gouvernement sur les conditions de travail des équipes soignantes dans nos hôpitaux en particulier au CHUYO. L’exercice de la médecine déjà pratiqué dans des conditions difficiles ne saurait se faire dans une ambiance d’insécurité. Le CROMO tout en souhaitant un prompt rétablissement à tous les malades, tient à encourager les équipes soignantes de nos hôpitaux ».

Le président du CROMO

Dr Charlemagne Ouédraogo

 

 

Articles similaires

Burkina Faso : Le Gouvernement suspend France24

ActuBurkina

Journée mondiale de la liberté de la presse 2019 : le message du  ministre de la communication

ActuBurkina

LAGOS AU NIGERIA : le commerce ambulant désormais interdit

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR