ActuBurkina
A la une Société

Prévention de l’extrémisme violent : le MENAPLN anticipe sur la formation des enseignants expérimentateurs

Les travaux de l’atelier de formation des enseignants expérimentateurs de Prévention de l’Extrémisme Violent par l’Éducation (PRV-E), se sont déroulés ce jeudi 9 décembre 2021 à Bobo-Dioulasso dans la région  des Hauts-Bassins. L’atelier a pour but le renforcement des capacités  des enseignants issus des écoles d’expérimentation de la PEV-E. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le représentant du Secrétaire général du ministère en charge de l’éducation, Henri Prosper Paré.

Insécurité, conflits communautaires, insécurité alimentaire et nutritionnelle, inondations et vents violents, COVID-19 et ses mesures restrictives et bien d’autres difficultés, ont entravé la bonne marche du système éducatif au Burkina Faso depuis 2015.

Entre exactions et violences, l’éducation au Burkina est ballotée. En effet, selon les chiffres fournis par le gouvernement, il ressort que, de 614 000 personnes déplacées internes (PDI) en janvier 2020, le Burkina Faso comptait au 31 décembre de la même année 1,074 millions de PDI, soit un accroissement de 75%  dans les déplacements de population.  Le pays concentre désormais à lui seul plus de 67% des 1,6 millions de déplacés internes dénombrés dans les trois pays du Sahel

Confronté à   ce lourd impact de la crise sécuritaire, le gouvernement   a mis sur pied le Secrétariat Technique pour l’Education en Situation d’Urgence Avec l’appui de ses partenaires. Il est également  exécuté, un Plan d’action qui vise le renforcement des capacités des enseignants et des encadreurs pédagogiques dans le domaine de la prévention de l’extrémisme violent (PEV) à travers les projets intitulés « Promotion de la paix et du développement durables par le renforcement des compétences pour la vie et le travail des jeunes dans le Sahel – phase 2 » et « Renforcer la résilience des jeunes face à l’extrémisme violent et leur engagement pour la construction de la paix à travers l’éducation ».

Henri Prosper Paré, tout en  exprimant sa gratitude au Bureau régional de UNESCO de Dakar pour son appui constant au système éducatif burkinabè, a souligné l’importance de la place  qu’occupe cette initiative de la PEV-E dans « ce contexte difficile où la communauté éducative qui subit les effets de l’extrémisme violent, a plus que jamais besoin de résilience ».

En ce qui concerne l’assimilation de la formation par les participants, il s’agira d’une pédagogie transformationnelle à travers laquelle   la PEV-E sera appliquée pendant la formation de manière à ce que les enseignants l’expérimentent dès la  fin de la session. À cet effet, l’UNESCO apportera une expertise technique en avant et pendant l’atelier.

DCPM/MENAPLN.

Articles similaires

POLICE NATIONALE : l’UNAPOL annonce un arrêt de travail dans tous les services à compter du 4 février

ActuBurkina

Issa Guipo, producteur-manager de l’artiste SAVDA-Jah : « la musique burkinabè bouge en ce sens qu’elle commence à s’exporter hors de nos frontières »

ActuBurkina

30e anniversaire du génocide au Rwanda : plusieurs personnalités venues rendre hommage aux victimes

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR