ActuBurkina
A la une Société

PERSONNES DU 3E AGE: l’ATR/DI mène la réflexion sur leur importance dans la société

   L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) a tenu ce lundi 19 octobre 2020,  au CENASA à Ouagadou,  une conférence publique  sous le thème « Contribution des personnes âgées à l’avènement d’un meilleur vivre ensemble au Burkina Faso ». Objectif : lutter contre la marginalisation et l’exclusion des personnes âgées mais aussi leur témoigner toute la reconnaissance qui sied.

La  29ème Journée internationale des personnes âgées a été célébrée le 1er octobre dernier. Au Burkina, cette journée a été  placée sous le thème : « Contribution des personnes âgées à l’avènement d’un meilleur vivre ensemble au Burkina Faso ».  Dans le but de contribuer à honorer les mérites de ces personnes âgées, l’ATR/DI a marqué un arrêt  pour montrer  l’importance des personnes âgées au sein de la société. Selon le président de l’association, Issaka Sourwema,  cette journée a été instituée  pour accompagner non seulement les Nations unies qui, depuis 1991, célèbrent les personnes âgées, mais aussi pour magnifier les personnes du 3e âge au  Burkina. A l’en croire, l’objectif principal de cette journée est de construire et renforcer une passerelle entre les personnes âgées, les adultes, les jeunes, les adolescents et les enfants. Car, à son avis, la personne âgée est synonyme de concentré de savoirs et d’expériences dont les cadets gagneraient à s’en gaver. D’où la conférence publique pour se pencher sur la problématique : « comment renforcer les passerelles culturelles intergénérationnelles entre les personnes âgées, les adultes et les jeunes au profit du bien-être commun et du bien-vivre ensemble au Burkina ? ». « Comment prendre de l’âge tout en étant bien portant ? » « Les personnes âgées comme maillons importants de la chaine de transmission des valeurs cardinales de la communauté »  et « Les femmes du troisième âge : conditions sociales et besoins spécifiques » sont les différents thèmes abordés au cours de ce panel.

 Pour Dr Mahamoudou Ouédraogo, un des panélistes,  une société ne saurait fonctionner sans des valeurs. Or, sachant que la transmission de ces valeurs passe par le concours des personnes avisées, aguerries, expérimentées, il va sans dire que cela est de  la responsabilité des personnes âgées. Par conséquent, étant donné que ces personnes sont la base de l’éducation de la société, de la transmission des valeurs de cette société, il faut veiller à les impliquer dans la vie sociale, et les voir comme une source intarissable de savoirs. Pour le modérateur et président de l’ATR/DI, les liens entre personnes âgées et jeunes sont censés améliorer l’éducation des jeunes générations et garantir une jeunesse civique. « Même si les personnes âgées ne sont plus valides physiquement, intellectuellement, elles sont une source de connaissance et de sagesse dont il faut s’enrichir », a affirmé Issaka Sourwema.  En tout état de cause, les panélistes ont  invité les populations au respect et à la prise en compte de cette frange de personnes vulnérables.

Fatimata COMPAORE

(Stagiaire)

Articles similaires

Epilogue du procès contre la CGTB : la réaction de Bassolma Bazié

ActuBurkina

AFRIQUE DU SUD : la veuve de Mandela envisage de porter plainte contre l’ancien médecin de son mari

ActuBurkina

DECES DU PREMIER MINISTRE IVORIEN HAMED BAKAYOKO : « C’est une grande perte pour ce pays frère »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR