ActuBurkina
A la une Société

OFFRE DE SANTE ET D’EDUCATION AU BURKINA : des progrès qui cachent mal des difficultés

Le Conseil national des Organisations de la société civile du Burkina Faso (CNOSC/BF) a organisé une conférence de presse ce 26 mars 2021 à Ouagadougou. L’objectif de cette conférence de presse était de présenter les résultats du mécanisme de suivi citoyen de l’offre des services publics dans les secteurs de la santé et de l’éducation dans les régions du Nord et des Hauts Bassins qu’il a initié en 2018.

Pour contribuer à la mise en œuvre du PNDES, le Conseil national des Organisations de la société civile du Burkina Faso (CNOSC/BF) a initié depuis 2018 un mécanisme de suivi citoyen de l’offre des services publics dans les secteurs de la santé et de l’éducation dans les régions du Nord et des Hauts Bassins. Ce mécanisme de suivi a été conduit par un consortium d’organisations de la société composé du Conseil national des Organisations de la société civile du Burkina Faso (CNOSC/BF), du Cadre de concertation des ONG actives en éducation de base (CCEB) et du Réseau d’accès aux médicaments essentiels (RAME). Selon Jonas Hien, président du CNOSC/BF en 2020, ce mécanisme de suivi citoyen s’est intéressé à des indicateurs clés qui permettent d’apprécier la politique de gratuité des soins au profit des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans dans le secteur de la santé d’une part, et la politique de gratuité de l’éducation au profit des enfants des écoles du cycle primaire, d’autre part.

Au niveau du secteur de la santé, des bonnes pratiques ont été notifiées par le mécanisme de suivi. Ces bonnes pratiques sont entre autres une bonne fréquentation des formations sanitaires par les usagers, une diminution globale du temps d’attente des usagers dans les formations sanitaires et l’existence de comités de gestion dans toutes les formations sanitaires. Cependant des dysfonctionnements ont été observées sur le terrain. Il s’agit surtout de la persistance des ruptures des molécules traceurs, alors que ces molécules ont été généralement disponibles à la CAMEG au cours de l’année 2020, le retard de remboursement des frais de gratuité entrainant des ruptures des médicaments essentiels, les ruptures des outils de gestion de la gratuité dans certaines formations sanitaires.

Dans le domaine éducatif, les progrès notés par le mécanisme de suivi sont l’évolution du taux des élèves ayant obtenu la moyenne du troisième au quatrième trimestre, 60 des écoles cibles qui ont présenté des candidats au CEP ont taux de succès compris entre 50% et 100% et la disponibilité du personnel enseignant. Au compte des insuffisances, dans le domaine éducatif on note le non-respect du ratio livre/élève dans toutes les écoles des 4 communes visitées, l’absence de dotation en vivres dans certaines écoles et la non- séparation des latrines en bloc de fille et en bloc de garçon et le non entretien régulier de ces latrines.

Au regard de tous ces constats, le consortium de la société civile a formulé des recommandations au gouvernement qui sont de doter en quantité suffisante aux enseignants, des guides pédagogiques et aux élèves, des manuels dans toutes les disciplines dans les délais requis, de livrer les vivres aux écoles au plus tard à la fin du premier trimestre de l’année scolaire, de renforcer la chaine d’approvisionnement des formations sanitaires afin d’assurer la disponibilité permanente de tous les médicaments et examens traceurs dans les formations sanitaires.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

BURKINA: le retour des premiers pèlerins annoncé pour le 17 août

ActuBurkina

Tarifications des services de téléphonie mobile au Burkina: La Plateforme  des Associations de Défense des Droits de l’Homme monte au créneau

ActuBurkina

Direction générale de la CCI-BF: Mamadi Koussoubé remplace Issaka Kargougou

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR