ActuBurkina
A la une Politique

NOUVEAU CODE ELECTORAL: le CISAG pour l’implication de l’opposition et de la société civile

 Le Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG) a tenu, ce 4 septembre 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse pour se prononcer sur le nouveau code électoral et la situation sécuritaire.

 Nouveau code électoral et  situation sécuritaire précaire. Tels  étaient les points essentiels à l’ordre du jour de la conférence de presse du CISAG. Selon le président de ladite structure, Issaka Ouédraogo,  et ses camarades « il est de bon ton que le CISAG, dans son élan de suivi permanent de l’action gouvernementale,  donne sa lecture de l’actualité nationale », au regard des nombreuses critiques et inquiétudes des uns et des autres. Selon le président,  le chef de l’Etat  a toujours promis aux Burkinabè de l’extérieur qu’ils participeraient aux consultations électorales telles que décrites dans la Constitution. A son avis,   l’adoption du nouveau code électoral répond à cette logique d’autant plus que des séries de rencontres avec les différents partis et formations  politiques et la société civile, ont été initiées afin de trouver des solutions  pour rendre cette participation effective.  De ce fait,  Issaka Ouédraogo dit ne pas comprendre tous ceux qui parlent  au nom des premiers concernés, à savoir les Burkinabé vivant à l’extérieur. « Le problème des Burkinabè, en ce qui concerne le vote, réside dans la crédibilité de nos leaders politiques », a-t-il déclaré avant d’ajouter que le plus important,  est que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour que tous les Burkinabè,  de l’intérieur comme  de l’extérieur  et en âge de voter,  puissent exercer leurs droits civiques. M. Ouédraogo n’a pas manqué d’ inviter le gouvernement à impliquer l’opposition et la société civile dans l’établissement des documents de votation prévus par le nouveau code électoral pour plus de transparences. Aussi  appelle-t-il   l’opposition à  ne pas passer son temps à critiquer et «  à éviter les intoxications à travers  la mauvaise  information ou la divulgation d’informations  erronées ».

Quant à  la situation sécuritaire précaire qui prévaut, le CISAG a déploré les attaques  récurrentes contre le Burkina et a lancé un appel afin que   tous les Burkinabè  s’impliquent pour venir à bout des forces du mal. Les conférenciers ont  invité l’opposition et la majorité à plus de hauteur de vue en privilégiant l’intérêt national en ces moments difficiles que traverse notre pays, à travers des dialogues. « Un dialogue sincère, franc et fécond peut toujours sauver la situation », a soutenu le président du CISAG  qui s’est également  prononcé sur l’affaire Safiatou Lopez.   Selon ses propos, « le CISAG n’adhèrera à aucun mouvement pour défendre dame Lopez » sans connaitre les tenants et les aboutissants.

En rappel, le CISAG est une organisation de la société civile qui a pour vocation d’éclairer au mieux les populations à travers des campagnes d’information, d’explication et de sensibilisation afin de susciter leur implication effective dans  la mise en œuvre des actions et orientations politiques du gouvernement.

Roukiétou SOMA

(Stagiaire) 

 

Articles similaires

Explosion à Gombloro: le site reste fermé jusqu’à nouvel ordre

ActuBurkina

Ecole nationale d’administration et de magistrature : c’est parti pour les travaux de réalisation de la façade moderne et multifonctionnelle

ActuBurkina

ENROLEMENT DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR: le gouvernement demande à la CENI de revoir son calendrier

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR