ActuBurkina
A la une Société

MENA : Les instituteurs adjoints certifiés expriment leur mécontentement

 

Les instituteurs adjoints certifiés (IAC) ont manifesté leur mécontentement contre leur ministère de tutelle, celui  de l’Enseignement national et de l’alphabétisation (MENA) pour revendiquer leur mandatement. C’était le 21 mars 2016  à Ouagadougou devant les locaux dudit ministère.  

« Comment un enseignant qui a faim peut-il enseigner ? »,  s’est interrogé Souleymane Bologo, un des manifestants. Effet, Selon lui, cela fait 8 mois qu’ils n’ont pas de salaire, ceux- la qui sont censés former les futurs cadres du pays. Pour cet instituteur, c’est la misère totale et souvent « même les élèves arrivent à lire la misère sur les yeux de leurs maitres car avoir une somme de cent francs pour un nescafé c’est tout un problème ».  Il poursuit en donnant une explication simple du mandatement.  « C’est la dernière phase, dit-il, qui prouve que tu es devenu agent de la Fonction publique. Cela passe d’abord par l’attribution d’un numéro matricule et tout agent n’ayant pas bénéficié de ce numéro n’est encor considéré comme un agent de la Fonction publique ».  Parmi les 4800 enseignants  de la promotion 2015, moins du le tiers a été mandaté, a ajouté Moussa Sawadogo, un autre manifestant. Il a indiqué que lui et ses camarades ont accepté travailler avant le mandatement afin de ne pas pénaliser les élèves. Les instituteurs adjoints certifiés invitent le gouvernement à trouver une issue favorable à leurs doléances.

Pour sa part, Evariste Sibiri Sawadago, Directeur des ressources humaines (DRH) du MENA, il explique avoir reçu 10 389 nouveaux dossiers de demande de mandatement. Et sur cette base, il n’y aurait que 290 qui n’ont pas encor été mandatés dont 214 IAC. Selon le DRH, « ce n’est pas extraordinaire ce que vivent ces instituteurs, c’est ordinaire ». Car, poursuit-il, « ces enseignant sont en avance par rapport à d’autres. Habituellement personne n’a eu son salaire en moins de 1 an ». D’après ses explications, les 214 instituteurs ne sont pas mandatés parce qu’ils ne sont pas encore engagés à la Fonction publique. Pour être engagé dans la Fonction publique, il faut d’abord un dossier. Ensuite, Selon le (DRH), la décision  d’engagement comporte 4 étapes notamment : le visa du Contrôle financier, le visa du Directeur général de la Fonction publique, le visa du Directeur en charge de la gestion des carrières et la signature du ministre faite par le Secrétaire général. Avec tout ce processus, a ajouté le DRH, il faut au moins 2 à 3 mois pour que les dossiers soient disponibles. Pour un déroulement optimal de ce processus et pour, Evariste Sibiri Sawadogo a recommandé aux instituteurs le dépôt rapide de leurs dossiers.

Salimata Ouédraogo (Stagiaire)   

Articles similaires

Ramadan 2024: le CERFI invite à une solidarité avec les personnes souffrantes

ActuBurkina

KARANGASSO VIGUE : la population exige le départ du maire

ActuBurkina

EXAMENS SCOLAIRES : « Les épreuves du second tour du BEPC et du Bac ne sont pas supprimées », Stanislas Ouaro

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR