ActuBurkina
A la une Société

Jean Martin Coulibaly à propos des incidents de Nagaré et Gounghin : « C’est toujours quelques têtes brûlées qui amènent aux situations dommageables »  

 

Le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA), Jean Martin Coulibaly, a animé une conférence de presse le 30 mai 2016 à Ouagadougou. Les incidents enregistrés dans  des établissements comme à  Nagaré et Gounghin, la scolarité dans les établissements laïcs et la session des examens du BEPC et du CEP ont été abordés lors des échanges avec les Hommes de média.

 

 « C’est toujours quelques têtes brûlées qui amènent aux situations dommageables ». C’est ce qu’a déclaré Jean Martin Coulibaly, lors de sa conférence de presse le 30 mai dernier. Après l’incident de Nagaré, «j’ai été sur les lieux et j’ai interrogé même quelques élèves. Ils m’ont confié, qu’ils ont été contraints à quitter les salles car ces derniers disent avoir été menacés par leurs camarades qui ont causé l’incident », a-t-il ajouté. A l’entendre, des mesures ont été prises en attendant  que des solutions définitives soient prises. Ces mesures sont, entre autres, la fermeture des établissements concernés jusqu’à nouvel ordre, une suivie psychologique des victimes, le dédommagement des travailleurs qui ont subi des préjudices dans l’exercice de leur fonction. En ce qui concerne les établissements laïcs, le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation a indiqué que 250 millions ont été mobilisés pour les établissements concernés au titre de l’année 2016. Mais, « il faut relever que le MENA, dans le cadre de la convention qui le lie aux établissements privés laïcs, traine quelques dettes et nous sommes en concertation avec l’Union nationale des établissements  laïcs privés pour trouver des solutions idoines», a-t-il soutenu. Jean Martin Coulibaly a aussi mentionné les innovations de la session des examens 2016. Ces innovations sont, entre autres, l’introduction du Kasem (langue Kassena, Gourounsi de Pô) pour la première fois dans l’évaluation des candidats concernés par cette langue, l’informatisation des résultats de toutes les Circonscriptions d’éducation de base (CEB) en vue de faciliter leur traitement et leur archivage, l’informatisation des jurys au BEPC. Au total 329 jurys sur 429 jurys seront informatisés. Selon lui, le budget des examens du primaire s’élève à 3 122 565 000 FCFA contre 3 165 950 245 F CFA l’année dernière, soit une baisse de 7,07% et celui du post-primaire est de 4 933 593 636 F CFA.

Salimata OUEDRAOGO (Stagiaire)

Articles similaires

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : une porte ouverte à la corruption

ActuBurkina

« La Rue des étoiles » : un projet de l’Académie des Sotigui pour faire revivre l’Avenue Kwame N’Krumah

ActuBurkina

AVIS DE RECRUTEMENT PLAN INTERNATIONAL

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR