A la une Culture

MAREME DIAL, ACTRICE DE LA SERIE « MAITRESSE D’UN HOMME MARIE » : « Ce sont les circonstances qui poussent une femme à accepter ce rôle sinon… »

Marème Dial, ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose. Eh bien, il s’agit de l’actrice qui a joué le rôle de maitresse dans la série « Maitresse d’un homme marié ». Présente à Ouagadougou dans le cadre de la 5e édition des Sotigui Awards, Khalima Gadji à l’état civil, a bien voulu se prononcer le 13 novembre dernier,  sur divers sujets, notamment les raisons qui l’ont poussée à jouer ce rôle, sa vie privée et surtout sa présumée relation avec l’artiste-musicien ivoirien, Bébi Philip. Lisez plutôt pour découvrir les révélations de cette désormais star montante du 7e art sénégalais.

 

Actuburkina : Comment êtes-vous arrivée au cinéma ?

Khalima Gadji : Je suis venue dans le cinéma à la suite des auditions que j’ai passées. A chaque fois, j’ai été choisie au regard de mon talent.

Etre la maîtresse d’un homme marié est un rôle que les femmes n’aiment pas tellement. Pourquoi avez-vous accepté de jouer ce rôle ?

C’est une réalité qui devait être montrée et expliquée. C’est pourquoi j’ai accepté de jouer ce rôle.

Mais aujourd’hui, quel est  le regard des gens sur vous qui avez  joué un tel rôle ?

Si ! Le regard a changé sauf que cela est porté sur l’histoire et le message que l’on voulait faire passer. Beaucoup de femmes se sont exprimées après. Il y a effectivement eu un changement de regard.

Avec le recul, regrettez-vous  d’avoir joué ce rôle de maîtresse ?

Non ! pas du tout.

Et si c’était à refaire ?

Je le referai juste pour donner ces émotions et mieux faire comprendre le message que nous voudrions faire passer.

Dans le film, vous êtes un personnage audacieux, fort de caractère, et qui parvient toujours à ses fins. Etes-vous réellement ainsi dans la vie?

(Rires) Je suis de nature très calme et très effacée. Quand je joue un rôle,  j’en profite pour partager des émotions avec les gens. Dans la réalité,  je suis une autre personne.

Que pensez-vous  des filles qui, dans la vie réelle,  sont des maîtresses d’hommes mariés ?

En tant que femme, je ne peux pas juger les autres femmes parce que ma liberté s’arrête là où la leur commence. Je pense qu’on ne vient pas au monde pour être une maîtresse. Ce sont les circonstances qui poussent une femme à être la maîtresse d’un homme marié sinon, même un homme peut se retrouver dans une pareille situation.

Quels conseils donneriez-vous aux filles qui sont des maîtresses d’hommes mariés ?

Je n’ai absolument rien à leur dire si  ce n’est de s’assumer et de vivre la situation comme elles le veulent.

Que faites-vous en dehors du cinéma ?

En dehors du cinéma, je suis entrepreneuse, je travaille dans une boîte de production. J’exerce aussi dans la mode.

On sait qu’une certaine opinion sénégalaise a vivement  critiqué le film. Parlez-nous un peu de cela.

Oui, on va dire que le film a créé un choc, beaucoup ne s’attendaient pas à une série pareille. On a franchi un pas et cela a suscité beaucoup de polémiques mais je vois en cela plus d’aspects positifs que négatifs.

Quel est votre regard aujourd’hui sur le cinéma africain ?

Je pense qu’il y a une large ouverture. Arriver à coordonner un film entre le Burkina, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Nigéria, je pense que c’est du balaise. Il faut demeurer dans une telle dynamique.

Dans le rôle que vous avez joué, on voit votre amant vous offrir des cadeaux en or. Est-ce la réalité au Sénégal ?

Mais oui, quand un homme aime une femme, il est prêt à lui offrir tout ce qui est beau dans la vie. Certaines ont reçu des maisons, des voitures, des jets privées…

Certains ont été choqués par le film parce qu’ils estiment que c’est loin de la réalité. Qu’en dites-vous ?

On a joué les réalités de  notre pays.

Est-ce que le cinéma africain aujourd’hui nourrit son homme ?

Pas vraiment ! En dehors du cinéma, il faut faire plusieurs choses pour mieux s’en sortir. Nous sommes dans le cinéma par passion mais on aimerait que les choses changent au mieux pour que  les acteurs puissent vivre de leur art.

Quelle est votre situation matrimoniale ?

Je ne suis pas mariée. J’ai une adorable petite fille de 10 ans.

Des rumeurs circulent sur une prétendue relation entre vous et l’artiste-musicien ivoirien Bebi Philip. Qu’en est-il réellement?

Je ne répondrais pas à cette question.

Votre cœur est-il pris par un Ivoirien ?

C’est ma vie privée. Je préfère ne pas répondre à cette question également.

Quelle est la suite avec « Maîtresse d’un homme marié ? »

La suite, ce sera pour très bientôt où l’histoire sera beaucoup plus contée et mieux expliquée.

Interview  retranscrite par Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

 

 

 

 

Articles similaires

DRAME DE BOUNGOU: un deuil national de 72 heures décrété

ActuBurkina

7e ANNIVERSAIRE DE L’UPC : l’adresse de son président à ses militants

ActuBurkina

RAVITAILLEMENT DE DJIBO : le GAS dresse le bilan

ActuBurkina

Laisser un Commentaire