ActuBurkina
A la une Politique

Gouvernement  DABIRE III : pour plus d’efficacité dans la lutte contre le terrorisme

Les membres du gouvernement Dabiré III se sont rencontrés ce 1er juillet 2021 au Palais de Kosyam. Une rencontre qui n’était rien d’autre qu’une prise de contact au lendemain du remaniement ministériel intervenu. A l’issue d’un entretien avec le président du Faso, le Premier ministre, Christophe Dabiré, a fait une déclaration avant de se prêter aux questions des journalistes.

Le 30 juin dernier, le président du Faso par décret a procédé à un léger  remaniement du gouvernement. Il s’agit des portefeuilles de la défense, de la sécurité et de.  Ce 1er juillet 2021, ce nouveau gouvernement s’est réuni en session extraordinaire pour une prise de contact, mais aussi pour recevoir les nouvelles orientations du président du Faso sur les défis nouveaux et pressants du gouvernement Dabiré III. Selon le chef du gouvernement, Christophe Dabiré, le Président du Faso, vient de donner de « nouvelles orientations à l’ensemble des membres du gouvernement pour qu’il y ait davantage de collégialité et d’efficacité afin d’avancer dans la bonne direction ». « Ce qui est important aussi à signaler, c’est que ceux qui ont été dans ce gouvernement et qui ont occupé les postes de ministre d’Etat, ministre de la défense nationale et des anciens combattants et ministre de la sécurité, n’ont pas démérité. Il convient de les féliciter parce qu’à un moment de leur participation à ce gouvernement, ils ont montré toutes les capacités qu’ils avaient à faire en sorte que la sécurité soit assurée », a déclaré Christophe Dabiré.

Selon lui, « l’attaque de Solhan et l’embuscade sur l’axe Barsalgho-Foubé ont servi de détonateur ». Elles ont permis de mettre en évidence « un certain nombre de dysfonctionnements au niveau de notre dispositif de défense et de sécurité ». A l’en croire, de nouvelles décisions ont donc été prises dans le but de « recentrer la vision du gouvernement pour plus d’efficacité dans la lutte contre le terrorisme ».

Se prononçant sur la marche annoncée de l’Opposition politique, le Premier ministre a indiqué qu’aujourd’hui, « notre peuple a besoin d’aller de façon unie contre le terrorisme. Il ne faut pas qu’on se trompe d’ennemi. Les agitations politiciennes ont leur place dans le jeu démocratique de notre pays. Mais quand le pays est en danger, il faut que l’on sache savoir raison garder, qu’on sache se donner la main pour combattre l’ennemi commun. Et après nous allons nous lancer dans la gestion politicienne de notre démocratie. De ce point de vue, le premier élément constitutif de l’adresse du Chef de l’Etat a été de rappeler que le peuple burkinabè a besoin d’être soudé ». Christophe Dabiré dit s’inscrire dans la même lancée que le Président du Faso qui appelle l’opposition à l’union sacrée. Et le PM de lancer le même message à l’opposition. « L’opposition a le droit de marcher. C’est son droit absolu. Mais la question qu’il faut se poser est est-ce que réellement c’est le moment ? Nous leur avons tendu la main. Nous avons dit qu’il serait mieux de reporter, que tout le monde revienne à la table du dialogue politique », a-t-il souhaité.

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

ATTAQUE D’INTAGOM : Le MPP pour la prise de mesures de sécurité plus accrues

ActuBurkina

MONDIAL 2026 : vers une candidature conjointe Maroc-Côte d’Ivoire -Espagne

ActuBurkina

MALI : une « cellule terroriste » en lien avec les attentats de Ouagadougou démantelée

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR