ActuBurkina
A la une Politique

 Elections régionales au Burkina : La CODEL plaide pour le suffrage universel

La convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a tenu ce 22 novembre 2022, une conférence de presse à Ouagadougou pour dévoiler ses thèmes de plaidoyer des futures élections au Burkina Faso parmi lesquels le suffrage universel pour les élections régionales.

Ce mardi 22 novembre 2022, la CODEL a tenu à Ouagadougou une conférence de presse pour dévoiler ses thématiques de plaidoyer des futures élections. Six recommandations ont été identifiées par la CODEL, des organisations membres, des partenaires de la CODEL et d’autres OSC lors des travaux du projet « veille et monitoring citoyen pour une bonne gouvernance électorale au Burkina Faso », qui s’est déroulé le 02 août 2022 au centre de presse Norbert ZONGO à Ouagadougou.

Ces recommandations sont entre autres : le suffrage universel direct comme mode de désignation des présidents de collectivités territoriales, la CNIB ou le passeport comme document unique de vote, la question du quota genre, la situation fiscale des candidats à tout poste électif, le financement des partis politiques et de la campagne électorale et la question des candidatures indépendantes.

 Selon le vice-président de la CODEL, Daniel Da Hien, les recommandations faites sont très importantes pour l’avancée de la démocratique. En effet, a-t-il affirmé, il faut expérimenter un nouveau mode de désignation pendant les élections en essayant le suffrage universel comme un moyen pouvant permettre de limiter les conflits autour des élections.

Aussi, il faut lutter contre la corruption et le coût de vote en privilégiant la CNIB comme document de votation, vu que cette pièce est utilisée pour l’inscription sur les listes électorales.

En plus, la prise en compte du quota genre pourrait apporter un changement significatif au développement du pays. Da Hie Daniel a fait la suggestion de prendre pour exemple du Rwanda où l’on observe un développement fulgurant avec des femmes très engagées en politique, soit plus de 61% de femmes à l’assemblée.

 Enfin, pour la réussite les élections, il faudra que chaque candidat présente un « quitus fiscal » afin de renforcer la confiance et de mobiliser davantage de ressources endogènes pour le financement du développement.

  Anatou SEONE (stagiaire)  

Articles similaires

COTE D’IVOIRE- SENEGAL : deux pays dans le viseur des terroristes?

ActuBurkina

REGION DE L’EST : Huit morts et trois blessés dans une double attaque

ActuBurkina

CAN 2015: Les Etalons trébuchent d’entrée de jeu

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR