ActuBurkina
A la une Société

DEGRADATION DE LA SITUATION SECURITAIRE : « Tout laisse croire que le pire est devant nous ! » (MBDHP)

Déclaration de la section MBDHP du Mouhoun sur la dégradation de la question sécuritaire   dans la Boucle du Mouhoun.

« Le 26 décembre 2018, dix gendarmes sont tombés dans une embuscade tendue par des groupes d’individus non-identifiés aux environs de Toéni (province du Sourou). Cette attaque a plongé une fois de plus de nombreux Burkinabè et les populations du Mouhoun dans l’angoisse et la crainte.

C’est dans une douleur indescriptible et dans une atmosphère chargée de vive émotion et de tristesse que, le 30 décembre 2018, les populations du Mouhoun ont accompagné les dix vaillants éléments des FDS à leur dernière demeure, au cimetière militaire de Dédougou.

C’est le lieu pour nous de rendre un vibrant hommage à ces dix braves gendarmes et à tous les éléments des FDS tombés sur le champ de bataille pour la patrie et aux victimes civiles.

La section MBDHP du Mouhoun dénonce avec force cette attaque barbare. Elle présente ses condoléances à l’ensemble des familles éplorées, souhaite prompt rétablissement aux blessés et apporte son soutien à tous ceux qui sont meurtris dans leur chair et dans leur âme.

Il faut noter que la situation sécuritaire dans le Mouhoun se dégrade de jour en jour avec les attaques dans les provinces de la Kossi et du Sourou. Dans les zones de turbulence que sont Barani et Kombori (province de la Kossi), Toéni et Kiembara (province du Sourou), on assiste à de nombreux déplacements des populations, à la fermeture en cascade des écoles.

Le sentiment qui anime les Burkinabè en général et les Mouhounlais en particulier, est que notre Etat a failli à son devoir d’assurer la sécurité de tous les citoyens en faisant en sorte que chacun se sente à l’abri de tout danger et de toute agression physique ; que les biens soient protégés et ne fassent pas l’objet de destruction.

Mais, jusqu’à maintenant, personne n’est épargné. Les symboles de l’Etat (les institutions, les représentants des Forces de défense et de sécurité, les agents des douanes, des Eaux et Forêts, de la police nationale, les écoles, les bureaux de l’administration déconcentrée, etc.) sont attaqués et les civils sont aussi tués et pris au piège.

Le bilan des attaques terroristes fait état d’environ 300 victimes et des dégâts matériels très importants entre 2015 à 2018.

Les attaques du Cappucino en 2016 et du café Aziz Instanbul en 2017 et celles spectaculaires et simultanées de l’ambassade de France et de l’Etat-major général des armés en 2018, toutes en plein cœur de la capitale, Ouagadougou, ont fini de convaincre les populations de la vulnérabilité de notre pays et de la capacité des terroristes de frapper partout sur le territoire national.

D’où la peur légitime, l’anxiété, la psychose et les manifestations de signes de détresse sur toute l’étendue du territoire. Tout laisse croire que le pire est devant nous !

Face à cette dérive de la situation sécuritaire, très préoccupante pour l’ensemble du pays, la section MBDHP du Mouhoun

–  Apporte son soutien aux vaillantes Forces de défense et de sécurité qui œuvrent dans des conditions morales et matérielles très difficiles pour assurer la sécurité des personnes et leurs biens.

Dédougou le 5 janvier 2019

La section MBDHP du Mouhoun/Dédougou

Articles similaires

Mali: l’élection présidentielle reportée à une date ultérieure

ActuBurkina

Représailles de civils à Dori: Le PDS condamne et salue l’ouverture de l’enquête par le parquet militaire

ActuBurkina

YACOUBA ISAAC ZIDA: «…regretter Blaise Compaoré comparativement à Roch Kaboré, c’est une simple question de bon sens»

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR