ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Côte d’ivoire : Guillaume Soro dit mettre fin à son exil

Ceci est une déclaration Déclaration de Guillaume Kigbafori Soro, ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale,  suite à la tentative de kidnapping à l’aéroport international d’Istanbul. Il annonce qu’à partir de maintenant, la fin de son exile.

Mesdames et Messieurs,

Mes Chers Compatriotes,
Me voici donc devant vous, grâce à la magie de la technologie. Et rassurez-vous, je me porte bien.

Vous l’avez appris.

M. Ouattara a tenté de m’arrêter à l’aéroport d’Istanbul et de m’extrader, par la procédure d’urgence, en Côte d’Ivoire le 03 novembre dernier. Ceci n’est pas discutable.

Depuis ces cinq longues années, son obsession forcenée à me mettre aux arrêts ne s’est jamais flétrie. Pis, elle s’est aggravée.

Après m’avoir fait condamner par une justice émasculée et aux ordres, successivement à 20 ans et à perpétuité, il a entrepris de déclencher contre moi une féroce chasse internationale à l’homme, en dépit des décisions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, qui a annulé toutes les poursuites contre moi, parce qu’elles étaient, vous le savez bien, politiquement motivées. Sachez-le : dans cette affaire, il ne s’est jamais agi de justice. Mais plutôt de perfidie.

En effet, déjà dans le courant de l’année 2020, précisément au mois de novembre, il a exigé de la France où je résidais mon arrestation et mon extradition. Paris, comme vous le savez, a décidé de m’interdire son territoire.

Du 14 au 18 février 2022, Alassane Ouattara a effectué une visite officielle en Belgique avec, parmi ses priorités, l’obtention de mon arrestation. Il a expressément exigé que le visa Schengen que je détenais ne soit pas renouvelé. Il a insisté auprès du gouvernement belge pour que ce pays ne me délivre aucun document administratif qui m’aurait permis d’y résider légalement. Ceci aussi est incontestable.

Ceci m’a contraint à emprunter une autre destination pour mon exil.

En janvier 2022, je me suis installé à Dubaï. Le 23 décembre de la même année, recevant les lettres de créance de l’ambassadeur des Émirats Arabes Unis, il en a profité pour réclamer mon arrestation et mon extradition en Côte d’Ivoire. Ceci ne se discute pas non plus.

Informé, j’ai dû me résoudre, la mort dans l’âme, à nouveau, à prendre le pénible chemin de l’exil, m’enfonçant toujours plus loin dans les confins du continent asiatique.

Chers Compatriotes,

La dernière tentative d’arrestation opérée à Istanbul démontre, si besoin en était, que le seul lieu de repos paisible que me souhaite M. Ouattara est bien le cimetière. Est-ce le lieu auquel on destine son bienfaiteur, celui qu’on affublait du « c’est mon fils »?

Non.
Je revendique le droit légitime à la vie.
Et je n’irai pas plus loin dans mon exil.
Je refuse d’être un fugitif, d’autant plus que, devant Dieu et les hommes, je ne suis coupable d’aucun forfait qui mériterait un tel châtiment.

C’est pourquoi, ici et maintenant, j’annonce qu’à partir d’aujourd’hui, je mets fin à mon exil.

Car il m’est pénible de vivre loin de ma terre ancestrale et natale d’Afrique,
Car je veux vivre dans la quiétude avec ma famille, mes proches et ceux que je chéris le plus.
Car je veux pouvoir contribuer à la réconciliation des fils et des filles de mon pays et apporter ma pierre à l’édification de la paix et de la concorde entre les peuples d’Afrique.

Vive la Côte d’Ivoire.

Je vous remercie.

Guillaume Kigbafori SORO
− Ancien Premier ministre (2007-2012)
− Ancien président de l’Assemblée nationale ( 2012-2019)

Articles similaires

SONABEL: suspension d’électricité ce samedi 12 mars à Kossoghin et Tampouy

ActuBurkina

Bobo-Dioulasso : Incendie dans une usine de séchage de mangues

ActuBurkina

Burkina: désormais « tout colis » venant de l’extérieur sera « scanné voire ouvert »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR