ActuBurkina
Politique

COHESION SOCIALE ET DEFIS SECURITAIRE : Le PDJ pour des actions vigoureuses

Le Parti pour la démocratie et la jeunesse (PDJ) a tenu sa première conférence de presse de l’année 2019,  le 7 juillet dernier à son siège à Ouagadougou. Cette conférence de presse avait pour objectif de se prononcer sur la situation sécuritaire, les résultats scolaires, la cohésion sociale, etc.

 

Le Burkina Faso a mal en sa sécurité. Une situation qui est train d’entacher la cohésion sociale. Au cours de son point de presse,  le PDJ a déploré cette situation qui prévaut dans certaines localités du pays qui font l’objet de multiples attaques terroristes. Face à cette situation, il a interpellé les Burkinabè, notamment les leaders coutumiers, religieux, etc., sur leur rôle, pour préserver la cohésion sociale et le vivre-ensemble. Outre le sujet relatif à la sécurité, le président du PDJ, Halidou Ouédraogo s’est prononcé sur les résultats scolaires de cette année qu’il juge peu reluisants. Il a confié que son parti n’est pas surpris par « ces résultats scolaires catastrophiques au CEPE et au BEPC à cause du système éducatif désuet et inadéquat».

 

Des réformes profondes du système éducatif

 

Pour lui, ces  résultats scolaires illustrent bien une fois de plus les défis majeurs qu’il y a à relever pour sauver le système éducatif actuel. « Cet échec collectif ne doit laisser aucun acteur indifférent », a-t-il soutenu avant d’appeler à des réformes profondes du système éducatif. Il a aussi émis des inquiétudes par rapport à la fermeture de nombreuses écoles pour cause d’insécurité. Les affrontements intercommunautaires, la morosité économique, le développement d’esprit de suspicion, la méfiance des uns envers les autres, etc., n’ont pas échappé à la loupe du président du PDJ. Il a, par ailleurs, exhorté les Forces de défense et de sécurité à mener des actions vigoureuses contre les forces du mal. Il a également appelé à une franche collaboration entre les armées étrangères d’une part, et entre les armées et les populations d’autre part. Car, à son avis, le gouvernement doit privilégier une sécurité inclusive prenant en compte l’implication des populations.

 

F.T

Articles similaires

BURKINA FASO-CHINE : du mil hybride pour la sécurité alimentaire

ActuBurkina

DRAME DE YIRGOU : Pascal Zaïda pour une auto saisine de la CPI et de l’ONU

ActuBurkina

 CHRISTIAN BOGLO à propos de la  situation nationale : « Je vous en supplie, il ne faut surtout pas  une autre insurrection »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR