ActuBurkina
A la une Santé

 Cancer du sein :Sa définition et son épidémiologie, selon le Pr Charlemagne Ouédraogo

Ceci est un écrit du Pr Charlemagne Ouédraogo, gynécologue obstétricien, sur le cancer du  sein qui est un problème de santé publique au Burkina Faso.
Maladie courante, le cancer du sein est la première cause de mortalité chez la femme par cancer. L’ampleur du problème est réel à partir du moment où la moitié des femmes qui décèdent du cancer du sein ont moins de 50 ans. Le cancer du sein est un problème de santé publique au Burkina Faso.
La réalité est triste mais le cancer du sein est vraiment menaçant dans les pays pauvres comme le Burkina Faso. Le cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe au niveau de la glande mammaire. Une cellule initialement normale, qui devient  »folle » et qui se multiplie de façon anarchique et excessive. Ces cellules  » folles » finissent par former une masse appelée tumeur maligne, c’est à dire cancéreuse.
Le cancer du sein n’est pas une maladie transmissible ni infectieuse.
Son origine est méconnue mais les facteurs de risques pointent du doigt l’âge (environ 20% des cancers du sein de développent avant 50 ans), les antécédents familiaux, les antécédents personnels, les prédispositions génétiques ( les gènes BRCA1 et BRCA2 sont liés au cancer du sein et les femmes qui portent les mutations de ces gènes ont un très haut risque de cancer du sein), l’obésité, l’alcool, le tabagisme.
En général, le cancer du sein se manifeste par une masse dans le sein qui ne fait pas mal, une modification de l’apparence du mamelon, un écoulement anormal du mamelon etc. Une maladie silencieuse mais très dangereuse.
Au stade initial du cancer du sein, lorsque les cellules cancéreuses se trouvent uniquement à l’intérieur des canaux ou des lobules, on parle de cancer in situ. Si la tumeur a infiltré le tissu qui entoure les canaux et les lobules, on parle en ce moment de cancer infiltrant ou invasif. Les cancers infiltrants dans leur évolution, se propagent vers les ganglions ou vers d’autres parties du corps ( os, poumons, foie, cerveau). On parle de métastases en ce moment.
Sur le plan épidémiologique, en 2020, l’OMS estime que 2,26 millions de cas de cancer du sein ont été enregistrés dans le monde avec 685.000 mille décès. GLOBOCAN notifie que 801 392 nouveaux cas de cancers et 520 158 décès par cancer sont survenus en Afrique Subsaharienne en 2020 avec 129 400 cas de cancers du sein. Le risque pour une femme d’Afrique Subsaharienne de développer un cancer du sein avant 75 ans est de 4,1%. 1 femme sur 10 fera le cancer du sein au cours de sa vie. 70% des décès dus au cancer surviennent dans les pays à faible revenu et le cancer du sein fait partie des cancers les plus fréquents avec une incidence de 15,3%.
Selon GLOBOCAN 2018, le cancer est une préoccupation majeure au Burkina avec 11 643 nouveaux cas qui devaient être notifiés et 9221 cas de décès. Il était estimé en 2018,16 331 nouveaux cas de cancers dans les cinq ans à venir si rien n’est fait. En 2018 au Burkina Faso, 7515 cas de cancers féminins ont été enregistrés avec 5795 décès. Le cancer du sein est l’un des cancers les plus fréquents au Burkina avec une incidence de 12,3% selon GLOBOCAN. On estime à 1436 nouveaux cas de cancer du sein par an.
Le cancer du sein est fréquent au niveau mondial et au Burkina Faso. Il touche des femmes de tout âge à partir de la puberté. Le cancer du sein est un mal réel.

Articles similaires

CONSEIL DES MINISTRES: Compte rendu du 24 juin

ActuBurkina

COVID-19 AU BURKINA : 7 nouveaux cas confirmés, 7 guérisons et 00 décès à la date du 6 mai 2020

ActuBurkina

AVIS DE RECRUTEMENT BURKINA EQUIPEMENTS

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR