ActuBurkina
A la une Sport

2E JOURNEE DU FASO FOOT : les Electriciens vont-ils « électrocuter » les Policiers ?

La ligue de football professionnelle (LFP) a tenu une conférence de presse ce 6 septembre 2018 à Ouagadougou. Ordre du jour : présentation de l’avant match de la deuxième journée qui opposera l’AS Police à  l’AS Sonabel ainsi que la situation des transferts des joueurs burkinabè.

 

 AS Sonabel vs AS Police, c’est pour ce 7 septembre 2018 au Stade Joseph Issoufou Conombo à 15h30.   Avant cette rencontre entre policiers et électriciens, les entraineurs et capitaines des deux sélections  se sont prêtés aux questions des journalistes ce 6 septembre 2018. L’entraineur de l’AS Police, Drissa Ouédraogo, se dit confiant avant l’affrontement avec l’AS Sonabel car son équipe, a-t-il dit,  s’est bien  préparée et  a déployé les techniques pour mettre en branle les électriciens. Ce malgré l’entrée difficile de l’équipe dans la compétition avec une défaite lors de la première journée. Pour Drissa Ouédraogo, son équipe va se ressaisir au fil des match. L’objectif selon lui est d’occuper une place honorable à la fin du Faso foot.  Ce qui n’est pas le cas de l’adversaire du lendemain,  AS Sonabel qui se bat pour être sur le podium et faire bonne mine à la coupe du Faso.

Selon Moumouni Koanda, entraineur adjoint des électriciens, le match qui opposera son équipe aux policiers sera équilibré. Tout en louant les qualités de ses adversaires, il souligne que sa formation  est jeune et en reconstruction. Ce qui donne de la vitalité dans le jeu. Sortie victorieuse lors de la première journée avec un jeu mitigé, Moumouni Koanda promet de rectifier le tir en corrigeant les lacunes observées afin de sortir victorieux de cette rencontre.

Après cette présentation d’avant match, c’était le tour de  la commission statut transfert des joueurs de faire son bilan. Et c’est son président Sylvain Lakoandé qui s’est prêté aux questions des journalistes. Il y a eu beaucoup de transferts de joueurs burkinabè sur le plan continent africain, a-t-il déclaré.  Ainsi en 2016, il y a eu 11 départs, 10 départs en 2017 et 15 départs en 2018, selon Sylvain Lakoandé.

Il a souligné que la plupart des transferts se font en Afrique parce que les clubs européens préfèrent les jeunes joueurs au détriment des plus âgés. C’est pourquoi, selon lui, les clubs qui ont mis l’accent sur la formation gagne assez  d’argent et se prennent aisément en charge. Tout en maintenant le silence sur le montant des différents transferts parce que soumis à l’obligation de  confidentialité, il a invité les  journalistes à consulter les sites des différents clubs s’ils désirent s’imprégner des montants de transferts des  joueurs. « Le transfert est une affaire privée, notre rôle est seulement de le valider », a-t-il soutenu. Il a laissé par ailleurs entendre que les montant des transferts en Afrique varient entre 15.000 et 20.000 euros et 600.000 livres dans les clubs européens. Une information qui vaut son pesant d’or parce qu’auparavant régnait un grand silence sur  ce sujet.

Aziz BANSE

(Stagiaire)

 

 

 

 

Articles similaires

SANTE DE SAFIATOU LOPEZ : le collectif dignité et liberté inquiet

ActuBurkina

TUNISIE: la veuve de l’ex-président Béji Caïd Essebsi est décédée

ActuBurkina

NIGERIA : 40 jours chrono pour capturer Abubakar Shekau, « mort ou vivant »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR