ActuBurkina
A la une Economie

29e Assemblée générale des sociétés d’Etat : 3 entreprises déficitaires en 2020

La 29e session de l’Assemblée générale des sociétés d’Etat se tient les 24 et 25 juin 2021 à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, président par délégation de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat. Cette session est consacrée à l’examen et à l’approbation des rapports de gestion des Conseils d’administration et des états financiers de l’exercice clos au 31 décembre 2020 de 21 entreprises, dont 19 sociétés d’Etat et 2 Etablissements publics de prévoyance sociale.

L’obligation de rendre compte est un principe fondamental et l’une des principales exigences de la gestion publique et de la bonne gouvernance. C’est fort de ce principe que le gouvernement organise une session annuelle pour examiner les rapports de gestion et les états financiers des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de prévoyance Sociale (EPPS).

Pour cet exercice, 21 entreprises dont 19 sociétés d’Etat et 2 établissements publics de prévoyance sociale (EPPS) sont appelées à présenter leurs rapports de gestion et états financiers sur l’exercice clos au 31 décembre 2020.

Le rapport du Cadre de Concertation des Sociétés d’Etat (CC-SE) présenté par le Secrétaire Général du ministère en charge du Commerce, Boubacar Traoré, a indiqué que les 21 entreprises ont travaillé et ont vu leurs chiffres d’affaires baisser de 0,34%, passant de 1 379,279 milliards en 2019 à 1 374,623 milliards de F CFA en 2020.

Il a affirmé que les fortes baisses de volume d’activités ont été enregistrées par la Société Nationale Burkinabè d’Hydrocarbures (SONABHY), la Loterie Nationale Burkinabè (LONAB) et la Société Nationale d’Aménagement des Terrains Urbains (SONATUR) dont les chiffres d’affaires ont respectivement diminué de 42,07 milliards, de 8,406 milliards et de 998 millions de F CFA entre 2019 et 2020.

« La contribution directe des sociétés d’Etat et des Etablissements Publics de Prévoyance Sociale (EPPS) au budget de l’Etat est passée de 334,687 milliards en 2019 à 317,237 milliards en 2020, soit une baisse de 17,450 milliards de F CFA », a-t-il ajouté.

A son avis, la valeur ajoutée globale, qui mesure la contribution des sociétés d’Etat à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB) de notre pays, est passée de 205,303 milliards en 2019 à 188,601 milliards de F CFA en 2020, soit une baisse de 16,702 milliards de F CFA.

Puis, il a fait savoir que les plus fortes baisses de la valeur ajoutée en 2020 ont été enregistrées par la SONABHY pour un montant de 14,592 milliards, la LONAB pour un montant de 2,458 milliards et l’ONEA pour un montant de 2,246 milliards de F CFA.

« De même, l’excédent brut d’exploitation de nos sociétés d’Etat, qui mesure leur performance, s’est détérioré en passant de 142,101 milliards de F CFA en 2019 à 124,095 milliards de F CFA en 2020, soit une baisse de 18,006 milliards de F CFA. Cette baisse traduit une contreperformance économique des sociétés d’Etat en 2020 », a-t-il mentionné.

Une vue de participants à l’ouverture des travaux (Photo. DCRP Primature)

 

Ainsi, sur les 21 entreprises dont les comptes de 2020 ont été analysés :

 – trois (03) sociétés d’Etat sont déficitaires, à savoir la Société de Gestion de l’Equipement et de la Maintenance Biomédicale (SOGEMAB), l’Agence d’Exécution des Travaux Eau et Equipement Rural (AGETEER) et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie Universelle (CNAMU), avec un déficit cumulé de 1,119 milliard de F CFA en 2020 contre 704 millions de F CFA cumulé en 2019 pour les sociétés.

 – dix-huit (18) entreprises ont réalisé un bénéfice net cumulé de 195,350 milliards de F CFA en 2020 contre 192,345 milliards de F CFA en 2019.

En intégrant le déficit cumulé des trois (03) sociétés d’Etat, a fait remarquer Boubacar Traoré, le résultat net global de nos vingt-une (21) entreprises s’établit en 2020 à 194,231 milliards contre 191,641 milliards de F CFA en 2019, soit une hausse de 2,590 milliards de F CFA.

En termes de difficultés rencontrées par nos entreprises au titre de l’exercice 2020, sans être exhaustif, il a relevé quelques points :

–       l’insuffisance de portefeuille de projets au profit de la SOGEMAB ;

–       les difficultés de mise en œuvre de certaines conventions obtenues avec les tutelles techniques des MODP ;

–       la non-signature des contrats-plans avec l’Etat ;

–       les difficultés de recouvrement d’honoraires sur des projets entièrement réalisés ;

–       les difficultés de recouvrement des créances de cotisations sociales dues par l’Etat, ses démembrements, les sociétés d’Etat, les collectivités locales, les ambassades et consulats du Burkina Faso à l’étranger ;

–       l’importance des impayés des prêts accordés par la CNSS à l’Etat et à ses démembrements ;

–       le difficile accès aux fonds de la CARFO logés dans le compte courant du Trésor Public ;

–       l’existence de machines à sous illégales dans les villes du Burkina Faso ;

–       la prise de paris en ligne non domicilié au Burkina Faso mais dont les activités constituent une menace aux jeux de la LONAB ;

–       les lourdeurs dans les procédures de passation des marchés.

A l’ouverture des travaux, le Premier ministre,  Joseph Marie Dabiré, président par délégation de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat, a indiqué que l’activité économique en 2020 a été marquée par un contexte mondial difficile de crise sanitaire dû à la maladie à coronavirus avec ses répercussions sur l’économie nationale ; toute chose qui s’est traduite par une baisse du volume d’activités des sociétés d’Etat.

« En effet, nos sociétés ont enregistré en 2020, une dégradation d’ensemble de leurs soldes de gestion avec trois (03) sociétés déficitaires, entrainant ainsi une baisse de leurs contributions au budget de l’Etat et à la formation du produit intérieur brut », a-t-il mentionné.

Nonobstant cette contreperformance financière de nos entreprises publiques, le Premier ministre a soutenu que des motifs de satisfaction peuvent toutefois être notés en termes d’accompagnement de la politique du gouvernement en matière de création d’emplois, à travers le recrutement de 1 072 nouveaux agents en 2020.

Par ailleurs, il a invité l’ensemble des parties prenantes à la gouvernance et à la gestion de nos entreprises, à persévérer dans l’effort, afin de leur garantir une meilleure compétitivité.

A l’entendre, c’est à ce prix  que nos sociétés d’Etat pourront contribuer plus efficacement à la mise en œuvre du nouveau référentiel pour le développement de notre pays.

DCRP/Primature

Articles similaires

ETALON DU BURKINA : L’entraineur, Gernot Rohr, annonce sa demission

ActuBurkina

AN III DE LA GOUVERNANCE KABORE : la majorité présidentielle réaffirme son soutien au président du Faso et au gouvernement

ActuBurkina

SITUATION NATIONALE : le 6 octobre décrété journée de prière et de jeûne par les autorités coutumières et religieuses

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR