ActuBurkina
A la une Phare

13 décembre: une date pour deux commémorations

C’est le 13 décembre prochain que le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODM/PP), qui lutte contre l’impunité, veut commémorer, comme chaque année, l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. A quelques jours de cette date, le collectif n’a pas encore obtenu une autorisation formelle d’occuper la place de la Nation. Car les autorités de la transition ont prévu d’organiser, ce même 13 décembre, une journée d’hommage national aux martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre qui devraient être élevés au rang de héros nationaux.

Le CODM/PP veut dénoncer ce qu’il considère comme des entraves de la part des autorités de la transition pour faire la lumière sur l’assassinat de Norbert Zongo. Le collectif estime que la double organisation de la journée d’hommage aux martyrs de l’insurrection et la commémoration de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, le 13 décembre prochain, est de nature à diviser les Burkinabè.

« On ne peut pas faire de double commémoration des martyrs. Nous trouvons que là se mettent en conflit le peuple et ses martyrs. On n’en a pas besoin à ce stade-là ! », s’insurge Me Prosper Farama, membre du collectif et avocat de la famille Zongo.

Le CODM/PP rassure qu’il ne ménagera aucun effort pour assurer un succès à cette journée d’hommage aux martyrs. Mais ils souhaitent que les deux activités se tiennent à des différentes dates. « Le collectif estime qu’une telle célébration doit se faire dans la plus grande concorde et harmonie possible. Ce risque de discorde est d’autant inutile à prendre qu’il n’y a aucun impératif qui commande que la cérémonie d’hommages aux martyrs des 30 et 31 octobre 2014 soit organisée le 13 décembre », a déclaré le président du collectif Chrisogone Zougmoré.

Selon le ministre de la Communication, le gouvernement de transition apportera des explications sur les supposées réticences à autoriser l’occupation de la place de la Nation et le choix de la date du 13 décembre.

RFI

Articles similaires

SIERRA LEONE : 810 personnes toujours portées disparues après les inondations à Freetown

ActuBurkina

RENCONTRE GOUVERNEMENT-SYNDICATS: le dialogue social au menu des échanges

ActuBurkina

Congrès de fusion de forces progressistes: le comité d’organisation fin prêt

ActuBurkina

1 commentaire

nedbala 8 décembre 2014 at 16 h 49 min

Là, je crois que c’est la même erreur de casting comme ce fut le cas de la nomination de l’ex ministre de la culture. Il y a des choses qu’on ne doit pas faire comme un expatrié ou un nouveau rapatrié. Quand on vit au sein d’une population, quand on est acteur majeur dans la marche d’une nation, on doit avoir à l’esprit ses repères et des repères, pour n’en citer que quelques-uns et des plus en phase avec l’après Blaise, ce sont: le 15 octobre, date de l’assassinant de Thomas SANKARA, le 13 déc. Date de l’assassinat de Norbert ZONGO, les 30 & 31 octobre ce sont les victimes de la révolution des spatules et des mains nues. Qui ignore çà au Burkina aujourd’hui.
La bonne supposition est que le Président KAFANDO et son gouvernement voulaient faire d’une pierre 2 coups. Considérer que ZONGO est un martyr au même titre que ceux des 30 & 31 octobre par qui la victoire est arrivée. N’oubliez pas que la victoire pouvait aussi venir suite aux évènements du 13 décembre d’alors.
Dans ce cas, il fallait permettre à la justice d’ouvrir le dossier de lui trouver une suite judiciaire, d’apaiser les cœurs des membres de la famille et de toute la foule que la mort de ZONGO a drainé depuis 98, des parents des victimes qui s’en sont suivies avant d’envisager une fusion dans la commémoration. Mais quelle communication a-t-on faite autour de cela ? Rien à ma connaissance.
De grâce, n’allons pas vite en besogne. Ça se discute avec ceux qui n’ont pas dormis depuis lors, qui ont même risqué leur vie pour que cette journée soit gardée dans la mémoire des concitoyens, ceci contre vents et marée. çà prendra aussi le temps que ça va prendre, mais on peut arriver. Ne donnez pas l’impression que vous voulez profiter de l’euphorie pour enlever à ceux qui se mobilisés depuis ces dates fumantes et brûlantes, qui ont risqué leur vie pour que le 30 et le 31 soient une réalité, le sens de leur engagement sans les concerter, sans négocier avec eux.
Du reste, le mode d’utilisation du panthéon, la définition des concepts martyrs de la nation doit être précisée pour permettre à toutes les filles et fils du pays de suivre ceux qui nous gouvernent sur un sujet aussi sensible.
Le défunt régime avait cité des héros de la révolution ou de la nation. Un décret doit être pris pour dire qui est considéré comme héro de la nation à nos jours.
Sans honte aucune, la journée du 13 décembre devra être libérée par l’actuel gouvernement en attendant des moments propices pour une éventuelle fusion de journées de commémoration ceci éviterait une fracture matinale et inutile entre un peuple et ses dirigeants en début de retrouvailles.
Attention, la crainte et la suspicion ne sont pas encore loin.

Répondre

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR