A l'etranger A la une Société

HUMANITAIRES FRANÇAIS TUES AU NIGER : l’EI revendique l’attaque

Le massacre avait choqué la France et le Niger, en plein cœur de l’été, mais n’avait pas été attribué : Daech a revendiqué jeudi l’assassinat au Niger de huit personnes, dont six humanitaires français et deux Nigériens. L’un des organes de propagande d’EI, Al-Naba, a consacré une page à l’attaque dans son numéro du 17 septembre, diffusant deux photos mais ne donnant que peu de détails sur l’événement lui-même.

La publication, authentifiée par de multiples sources, dont l’organe américain SITE spécialisé dans la surveillance des groupes djihadistes, évoque une « attaque éclair » dans la région de Kouré ayant abouti à la mort, selon les mots de l’EI, de six « croisés » français et deux « apostats » nigériens.

Les jeunes humanitaires français, deux hommes et quatre femmes, avaient été assassinés avec leur chauffeur et leur guide nigériens par des hommes armés à moto le 9 août, alors qu’ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey où ils étaient basés.

Une enquête en France a été confiée à des magistrats spécialisés pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste ». Une source judiciaire avait indiqué le 12 août que, selon les premiers éléments de l’enquête, l’attaque paraissait « avoir été préméditée » avec pour objectif de « cibler des Occidentaux ». Quelques jours plus tard, le ministre nigérien de l’intérieur, Alkache Alhada, avait annoncé qu’un suspect avait été arrêté sans préciser son identité ni de quelconques liens avec tel ou tel groupe.

Selon un expert qui a requis l’anonymat, le texte d’Al-Naba ne permet en aucun cas de conclure si l’opération a été minutieusement préparée ou si le sort des huit victimes s’est décidé au moment de leur rencontre avec les hommes armés. Impossible aussi, ajoutait-il, de déterminer si la revendication est ou non purement opportuniste, ni si les meurtriers avaient fait allégeance à Daech avant ou après le 9 août…

La-croix 

Articles similaires

MAJORITE PRESIDENTIELLE : le MPC quitte le navire pour le CFOP

ActuBurkina

LIBERTE PROVISOIRE ACCORDEE AU GAL BASSOLE : « nous nous sommes trompés sur la capacité de notre justice à s’assumer » (Balai citoyen)

ActuBurkina

ETAT-MAJOR DES ARMEES : qui est Moïse Minoungou, le nouveau patron ?

ActuBurkina

Laisser un Commentaire