ActuBurkina
A la une Politique

ZEPHIRIN DIABRE, CFOP : « Nous ne cesserons pas de secouer le MPP et ses alliés»

Prévue pour débuter à 8h, c’est finalement à 10h que la marche-meeting de l’opposition  a démarré le  29 septembre 2018, à Ouagadougou. L’objectif de cette marche était pour le CFOP de dénoncer la mauvaise gestion du pouvoir actuel et ses alliés.

«Ceux qui sont en face doivent comprendre que nous sommes maintenant réveillés. Ils sont arrivés en disant qu’ils étaient la solution. Aujourd’hui, ils sont le problème pour le Burkina Faso ». Tels sont les propos de  Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition à la marche-meeting du 29 septembre 2018. Et ils étaient nombreux les Burkinabè qui ont pris part à cette première sortie dans la rue de l’opposition.

Selon Zéphirin Diabré,  cette marche-meeting va  constituer le point de départ de la lutte contre le pouvoir du MPP de sorte à ce qu’il  change sa manière de gouverner le Burkina. « Nous ne voulons pas de gouvernement mouta mouta. Nous voulons un gouvernement touma touma. C’est pour cela que nous ne cesserons pas de secouer le MPP et ses alliés. Car quand  l’opposition somnole, le gouvernement ronfle et croit qu’il est là pour  50 ans. Mais quand l’opposition se réveille, le gouvernement court ! Et nous le voyons déjà », a-t-il ironisé. Il a annoncé que les marche-meetings  sont de retour au Burkina Faso et que la mobilisation va  monter graduellement en puissance, pour permettre d’imposer un nouveau rapport de forces au  MPP.

Sur la situation sécuritaire, le chef de file de l’opposition a rendu un vibrant hommage aux Forces de défense et de sécurité « qui se battent courageusement contre l’ennemi, et qui ont besoin de sentir la solidarité morale de tous les Burkinabé ». Avant de pointer du doigt  le régime en place qui a échoué en matière de sécurité. «Le MPP et ses alliés ont échoué dans leur responsabilité de garantir la sécurité des Burkinabé. Notre pays ne doit pas être abonné aux cérémonies d’enterrements réguliers de jeunes soldats à peine sortis de l’adolescence », a-t-il déploré. Une fois encore, l’opposition est montée au créneau pour demander le limogeage  des ministres en charge de la Défense et de la Sécurité. A ce titre, Zéphirin Diabré et ses camarades ont exhorté le président du Faso  à les remplacer par des hommes compétents et plus expérimentés. « Les forces vives de notre nation  demandent que le Président du Faso prenne un décret pour limoger purement et simplement les ministres en charge  de la défense et de la sécurité, et les remplacer par des gens plus compétents et plus expérimentés », a-t-il dit.

L’occasion a été saisie par les manifestants d’un jour  de  dénoncer  les arrestations des activistes Pascal Zaida, Naim Touré.  S’agissant de Safiatou Lopez « arrêtée dans des conditions dignes d’un western », ils ont  demandé sa libération pure et simple.

Sur   la question de la réconciliation nationale, ils ont invité le chef de l’Etat à  convoquer un forum des forces vives de nation  en vue de panser les plaies. « Il est plus que urgent que les Burkinabé se retrouvent pour panser leurs plaies et construire ensemble l’avenir. Malheureusement, au lieu de rassembler les Burkinabé, le MPP et ses alliés se plaisent à les diviser, à les indexer, à nous dresser les uns contre les autres, à instrumentaliser les querelles anciennes et à rechercher des boucs émissaires à leurs échecs. Nous demandons instamment au président du Faso de prendre l’initiative de convoquer un forum des forces vives de la nation pour la paix et la réconciliation nationale, afin que tous les fils du Burkina se retrouvent et discutent ensemble des voies et moyens de préserver la paix et réussir la réconciliation nationale », a plaidé Zéphirin Diabré qui n’a pas manqué de demander la relecture du code électoral.  « Le code électoral doit être relu, pour éviter la fraude électronique qui se prépare sous nos yeux, avec la suppression des cartes d’électeurs et l’instauration de la  plateforme électronique de recensement. Notre code électoral doit être relu, pour permettre aussi à tous les Burkinabé de l’extérieur de participer aux élections », a-t-il indiqué.

Tapsoba David, membre du secrétaire exécutif national de l’ADF /RDA a annoncé que « cette marche meeting a contribué à réveiller le pouvoir qui semblait dormir».

Olivia NANA

(Stagiaire)

Articles similaires

Commune de Pô : La grande famille Gomgnimbou met en garde contre toute transaction foncière à Katcheli

ActuBurkina

REVENDICATIONS DES MILITAIRES EN RCI : Ce qu’il en coûte d’être redevable à la soldatesque

ActuBurkina

Coupure d’internet au Burkina : une réquisition du gouvernement pour 96 heures

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR