ActuBurkina
A la une Economie

Vente obligatoire de moto avec casque : des commerçants pour une subvention des prix des casques 

Depuis le 1er janvier dernier, tout concessionnaire, vendeur ou revendeur d’engins motorisés, est obligé de vendre les engins avec un casque au risque de s’exposer à des sanctions. Une telle mesure devrait à terme booster le port du casque au Burkina Faso.  Même si certains Burkinabè saluent la mesure, d’autres estiment que depuis l’annonce, les prix des casques ont grimpé.  Nous avons fait le constat le 7 février dernier dans la ville de Ouagadougou.

 La route tue, dit-on. Elle tue encore plus lorsque les usagers ne portent pas de casque en circulation. C’est fort de ce constat que le gouvernement burkinabè a pris des mesures pour amener les citoyens à porter le casque. Parmi ces mesures, il y a l’obligation faite aux vendeurs et revendeurs de motocyclettes de vendre leurs engins avec le casque. Selon le gouvernement, les commerçants s’exposent à des sanctions s’ils ne se conforment pas à la règle. Mais bien avant cette annonce du gouvernement, certains revendeurs de motos joignaient déjà le casque aux engins au moment de la vente. Sont de ceux-là Pierre Ouédraogo, vendeur de motos à Ouagadougou. Selon ses propos, les ventes de motos avec casques sont respectées chez lui depuis ses débuts. Toutefois, il fait remarquer qu’en tant que revendeur, il achetait les engins avec les grossistes sans casques.

 

Pierre Ouédraogo, revendeur de motos, plaide pour une subvention des prix des casques

 

Et c’était à lui de s’en procurer auprès d’autres commerçants afin de les joindre aux motos pour vendre. Mais il dit ne pas être au bout de ses peines car certains clients refusaient d’acheter ses motos avec le casque sous prétexte que c’était couteux. Face à cela et pour ne pas perdre sur toute la ligne, il a dit avoir été obligé de vendre des motos sans casques. C’est pourquoi il a dit saluer cette annonce du gouvernement consistant à sanctionner les ventes de motos sans casque tout en ajoutant avoir trouvé une solution : celle de fixer un prix à la moto comprenant le casque. Ainsi, que le client achète la moto avec ou sans casque, il n’y a pas de variation de prix.  En tout état de cause, Pierre Ouédraogo plaide pour que le gouvernement subventionne les prix des casques  afin que ceux-ci soient abordables pour les clients.

La vente obligatoire des motos avec les casques devrait en principe faire en sorte que chaque conducteur de moto ait un casque.

 

Pour Zawa Ouédraogo, les prix des casques ont augmenté sur le marché

 

Mais en circulation, le constat est tout autre. Plusieurs raisons sont avancées par des citoyens notamment le cout élevé des prix des casques. Zawa Ouédraogo, étudiante en transport logistique, est de ceux-là.  « Avant la mesure du gouvernement on pouvait s’octroyer un casque pour enfant à 10 000 FCFA mais aujourd’hui il faut avoir 15 000 F CFA et plus pour l’avoir », a-t-elle soutenu. Elle a également invoqué l’inconfort lorsque l’on se trouve sous le casque. En effet, selon Zawa Ouédraogo, le casque étouffe et empêche de bien respirer.

Selon Agathe Somé, le casque est devenu son compagnon depuis la sensibilisation sur le port obligatoire du masque

 

Marie Agathe Somé, étudiante en communication et développement ainsi qu’Arthur Juvénal Congo, étudiant en droit, eux, entendent respecter cette décision  obligeant à porter le casque en circulation. Pour Marie Agathe Somé, depuis cette annonce du gouvernement, elle a commencé à faire du casque son compagnon fidèle.  « Avant, je ne portais uniquement mon casque que pour me rendre à l’école mais avec la mesure du gouvernement, même en circulant dans mon quartier, j’ai toujours mon casque », a-t-elle dit. « Cette mesure est bénéfique », a soutenu pour sa part Arthur Juvénal Congo qui dit constater une nette amélioration du port du casque en circulation par rapport aux années antérieures.

Simone Dandjinou (Stagiaire)

 

 

 

 

Articles similaires

Mécanisme national d’alerte précoce et de réponse aux risques sécuritaires : Le bilan des activités 2020 passé en revue

ActuBurkina

PHYSIQUE : Le prix Nobel attribué à trois Britanniques

ActuBurkina

PELERINAGE A LA MECQUE : plus de 800 caméras de surveillance installées

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR