ActuBurkina
A la une Société

UTILISATION DES VEHICULES DE L’ETAT A DES FINS PERSONNELLES : 14 voitures mises en fourrière à Ouaga

La Direction générale des affaires immobilières et de l’équipement de l’Etat (DGIAE) a procédé au contrôle de l’utilisation des véhicules de l’Etat, les 6 et 8 novembre 2015 à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. Les opérations ont permis de mettre 14 véhicules en fourrière à Ouagadougou. Aucun véhicule n’a été mis en fourrière à Bobo-Dioulasso et à Koudougou.

Il était 21h 30 mn lorsque nous arrivions à la Direction générale de la police municipale de Ouagadougou le 6 novembre dernier. Au milieu de la cour, plusieurs policiers municipaux étaient en rang. Ils recevaient les consignes de l’Inspecteur de police municipale, Sylvestre N’Do. Ils, (les hommes de l’inspecteur N’Do) devaient traquer tous détenteurs de véhicule de l’Etat sans un ordre de mission ou laissez-passer en bonne et due forme entre 22h et 24h. Mais, a précisé l’inspecteur, même si l’ordre de mission ou le laissez-passer sont en bonne et due forme, pas question de voir ces véhicules devant les lieux mondains tels que les maquis et les chambres de passe. Après avoir reçu les consignes, les policiers sortent de la direction et prennent d’assaut les carrefours qui leur étaient attribués. 30 minutes plus tard, l’inspecteur reçut un coup de fil de ses hommes. Il nous invita à le suivre. Après 10 minutes de route, derrière le jardin 2000, un véhicule de type 4X4. Le conducteur aurait refusé de se soumettre au contrôle, confient les hommes de l’inspecteur N’Do. Pire, cet indélicat, haut commis de l’Etat, a-t-on appris, aurait même laissé la clé du véhicule et le laissez-passer aux agents. Face à cette situation, l’Inspecteur donna l’ordre à ses hommes de mettre le véhicule en fourrière. Ce qui fut fait ! Comme cet infortuné, 7 autres utilisateurs ont vu, la même nuit, leurs véhicules mis en fourrière par les éléments en charge de l’opération. Le 8 novembre 2015, de 15h à 18h, la même opération a eu lieu dans la ville de Ouagadougou. Cette fois, 312 véhicules sont contrôlés par les Forces de l’ordre. Résultat : 6 véhicules mis en fourrière. Ce qui a porté le nombre de véhicules saisis à 14, selon Karim Traoré, directeur du parc automobile de l’Etat. Tout comme la capitale, les villes de Bobo-Dioulasso et de Koudougou ont subi le même sort. Mais dans ces villes, aucun véhicule n’a été saisi. Ce qui a fait dire à la Direction générale des affaires immobilières et de équipement de l’Etat (DGIAE), Léa Zagré/ Rimtoumda, qu’il y a une prise de conscience dans l’utilisation des véhicules de l’Etat. « C’est un sentiment de satisfaction. Ce n’est pas en tirant beaucoup de véhicules à la police qui indique que nous avons une bonne performance. La performance est liée à la baisse du nombre des véhicules pris en infraction. C’est cela qui est vraiment encourageant », a-t-elle laissé entendre. A noter que la Direction générale des affaires immobilières et de l’équipement de l’Etat (DGIAE) est l’une des structures principales du ministère de l’Economie et des finances. Ses missions sont entre autres, la gestion du patrimoine immobilier de l’Etat, la gestion des bâtiments, propriétés de l’Etat, complétée par la gestion des bâtiments privés pris en location par l’Etat. Tout ce qui est équipement qui doit être mis à la disposition des structures publiques revient à la DGIAE. La gestion de l’eau, de l’électricité et du téléphone revient à la DGAIE qui s’occupe aussi du parc automobile de l’Etat. Sous la direction du DGIAE, le parc central a pour mission le contrôle de l’utilisation des véhicules de l’Etat et le transport des hôtes de l’Etat. Il a aussi pour mission de participer à l’organisation des grandes rencontres où l’Etat est impliqué, c’est-à-dire les sommets, les grandes manifestations nationales internationales. Il a pour responsabilité la gestion, la commande des véhicules de l’Etat et la maintenance des véhicules du parc central. Il a également pour mission la location des véhicules de l’Etat aux services de l’Etat et au privé à des prix sociaux. En rappel, les 3 et 4 janvier derniers, 228 véhicules ont été contrôlés avec 23 mis en fourrière et 12 refus d’obtempéré. Ce qui traduit, selon Léa Zagré/ Rimtoumda, une adhésion par rapport à la réglementation qui été définie en matière d’utilisation des véhicules de l’Etat.

Issa SIGUIRE

« Le Pays »

Articles similaires

COTE D’IVOIRE: un incendie ravage le grand marché d’Abobo

ActuBurkina

PRESIDENTIELLE 2015 : « Djibrill Bassolé sera bel et bien candidat », dixit Adama Kiéma

ActuBurkina

COMMUNE DE PAMA : Les trois expatriés portés disparus ont été tués

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR