ActuBurkina
A la une Société

TOURNEE AFRICAINE DE KEMI SEBA : Ouagadougou pour commencer

L’activiste Franco-béninois, Kemi Seba,  est à Ouagadougou depuis le 20 août 2018 dans le cadre d’une tournée africaine. Devant les hommes de media, le président de Urgences panafricanistes a donné les raisons de sa visite qui entre dans le cadre de la résistance civique.

Présenter son livre qui retrace le combat politique contre la Françafrique, le néocolonialisme, les questions du FCFA, des bases militaires européennes et américaines en Afrique, tel est le motif de la tournée de Kemi Seba en Afrique, laquelle tournée a commencé par le Burkina Faso ce 20 août 2018 pour, selon lui,  «  parler à son peuple » et le mettre au diapason des fléaux qu’engendre le néocolonialisme dans les pays africains.

Il s’est réjoui du  réveil du peuple africain qui comprend de mieux en  mieux son message et ne ménage aucun effort pour faire  évoluer les mentalités. A l’en croire, certains dirigeants africains ont peur du réveil de leur peuple, une situation que déplore l’activiste qui se dit peiné mais garde espoir  du fait que son message est de plus en plus compris.

A en croire le président de Urgences panafricaines, le combat contre le F CFA a pris une véritable ampleur car de nombreux jeunes, de par le monde,  ont adhéré au mouvement. « Ce combat ne s’arrêtera pas tant que ne disparaitra pas la Françafrique », a martelé l’activiste avant d’ajouter que «  le fait que des présidents français montrent  leur inquiétude sur la question du F CFA montre que le combat est sur une bonne lancée ».  « On a voulu circoncire notre lutte à la lutte contre le F CFA uniquement. Mais celle-ci  va au-delà, car nous luttons contre la corruption, la mauvaise gouvernance.  La seule disparition du F CFA ne fera pas de nos pays, libres », a-t-il soutenu.  Selon le panafricaniste, pour montrer l’exemple, les partisans et sympathisants de la lutte contre la Françafrique  ont lancé, au Benin, une campagne de micro crédit sans intérêt dénommée « Alodo »  pour financer les familles pauvres afin que ces dernières puissent se prendre en charge et à lutter contre la pauvreté. Ce financement a été possible grâce à l’aide d’Africains volontaires vivant partout dans le monde. Et pour Kémi Séba, c’est en cela que s’inscrit la  résistance  civique qui ne consiste pas  seulement en la dénonciation et  au boycott.

La visite au Burkina de l’activiste entre dans le cadre de la résistance civique. Ainsi, il entend faire  véhiculer son message à travers des structures comme Citoyen africain pour la renaissance (CAR) de Hervé Ouattara,  la génération Kemi Seba, et les partisans et sympathisants du mouvement. Une conférence de presse est prévue ce 22 aout 2018 pour présenter son livre « L’Afrique libre ou la mort ».

Outre la conférence de presse,  Kémi Séba rencontrera certaines autorités notamment dans la cité de Sya et à Ouaga et échangera avec les étudiants des deux villes.

Aziz BANSE

(Stagiaire)

 

Articles similaires

ActuBurkina

Rencontre statutaire entre le Président du Faso et le Conseil supérieur de la Magistrature : pour un renforcement de l’indépendance du pouvoir judicaire

ActuBurkina

Le Mali reçoit de nouveaux équipements militaires de la Russie

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR