ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Situation nationale : « le terrorisme qui frappe le Burkina résulte de l’impérialisme français », Me Ambroise Farama

Après un temps d’observation de la scène politique nationale depuis la prise du pouvoir par les militaires, le 24 janvier dernier, l’Organisation des peuples africains-section Burkina (OPA-BF) de Me Ambroise Farama a donné de la voix ce 17 mai 2022 à travers une conférence de presse, à son siège à Ouagadougou. Elle note une situation sécuritaire nationale qui est mise à rude épreuve.

Selon le président de l’OPA-BF, Me Ambroise Farama, cent jours après la prise du pouvoir par les militaires, le Burkina Fas est toujours dangereusement menacé dans ses frontières héritées de la Haute Volta. Et les chiffre parlent d’eux-mêmes : 610 attaques terroristes, 567 personnes tuées, 6 palais de Justice fermés, une maison d’arrêt et de correction attaquée et des prisonniers libérés et une recrudescence des exécutions sommaires.

L’OPA-BF a dit noter que les FDS semblent préoccupés par le partage du gâteau plutôt que de dérouler leur stratégie de lutte contre le terrorisme. A en croire Me Farama, « le terrorisme qui frappe de plein fouet le Burkina résulte de l’impérialisme, principalement français qui n’a jamais voulu de peuples africains souverains ». Pour Me Farama le Burkina et l’Afrique sont des scandales de richesses minérales et minières dont rêves l’Occidents et les prédateurs locaux.

Le président de l’OPA-BF a fait savoir que dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, la France a montré ses limites. Et pire, elle apparait à bien des égards, comme pyromane et pompier, complice d’un plan de déstabilisation du Sahel. Sur la question de la cohésion nationale, l’OPA-BF a estimé qu’elle devrait dériver de l’unité et de la cohésion au sommet de l’Etat. Cependant précise- t-elle qu’on est de plus en plus fondé à croire que ceux qui pont pris le pouvoir ne constituent plus une entité homogène, en témoigne les clans qui se jouent au sein du pouvoir.

Les responsables de l’OPA-BF ont appelé à l’avènement d’un Burkinabè de type nouveau comme celui dont le président Sankara avait rêvé.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

SITUATION EN LIBYE : Que faire ?  

ActuBurkina

Burkina Faso: la classe politique sera reçue ce matin par le MPSR

ActuBurkina

Le premier ministre Isaac Zida est toujours en poste

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR