ActuBurkina
A la une Société

SILMIOUGOU : la coordination des CDAIP dénonce des velléités d’expropriation de terres par des sociétés immobilières

La coordination des Comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) de la ville de Ouagadougou a animé une conférence de presse ce 28 février 2018, à Ouagadougou,  sur la situation foncière qui prévaut à Silmiougou, située à l’Ouest de Ouagadougou.

Le problème foncier est, depuis un certain temps, au cœur des préoccupations des populations du Burkina Faso, notamment celles des environnants de Ouagadougou. Après maintes sorties d’associations de défense du droit au logement et de nombreuses manifestations liées à certaines pratiques  foncières pas catholiques, c’est au tour de la coordination des Comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) de faire sa sortie médiatique pour prendre l’opinion publique à témoin sur les velléités d’expropriation des champs des paysans dans le village de Silmiougou par des sociétés immobilières. Selon Ernest Y. Zemba, coordonnateur CDAIP de Sig-nonghin, une opération de lotissement effectuée entre 2003 et 2004 avait brimé une partie de la population de cette localité, située à l’Ouest de Ouagadougou et faisant frontière avec Bassinko, Zékounga, Sankouyan, Dar salam et Zongo, au profit d’autres personnes étrangères au village. Il a aussi fait noter que ces derniers temps, des sociétés immobilières, de connivence avec le chef du village de Silmiougou, ont entrepris des opérations de lotissement sans  consulter les populations locales. Ces dernières ayant, selon M. Zemba, les souvenir amers des années 2003-2004, ont souhaité rencontrer lesdites sociétés immobilières afin de connaitre le sort qui leur sera réservé. Mais c’est peine perdue. « Au lieu de créer un cadre qui permettrait aux populations de discuter directement avec les sociétés immobilières, le chef a préféré convoquer certains notables du village et a tenté de les intimider », a expliqué Ernest Y. Zemba. A  l’en croire, le Chef et ces promoteurs immobiliers auraient même programmé un début des attributions de parcelles le 27 février 2018 «dans des conditions douteuses» et face aux justes et légitimes préoccupations des populations. C’est au regard de tout ça, a dit Ernest Y. Zemba, que les habitants de Silmiougou ont engagé une lutte sous la direction de leur  CDAIP depuis 2017. La coordination des CDAIP Sig-nonghin et l’ensemble de la population de Silmiougou, par la voie du coordonnateur, exigent donc de la mairie de l’arrondissement 8 de faire arrêter toute attribution de parcelles dans le village de Silmiougou, de recenser tous les résidents et ressortissants de ce village et d’organiser des concertations avec les populations de Silmiougou afin de définir des modalités consensuelles d’attribution des parcelles. Sans quoi, la coordination se dit prête à engager toute action visant à barrer la route à cette expropriation « d’une époque révolue ». La coordination a par ailleurs invité les populations des arrondissements 3, 8 et 9 de la ville de Ouagadougou à prendre part à une marche meeting le jeudi 15 mars 2018 allant dans le sens de leur lutte.

Abatidan Casimir NASSARA

 (Stagiaire)

Articles similaires

Sécurité au Burkina Faso : le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies prend langue avec le Gouvernement burkinabè

ActuBurkina

Burkina : Les structures organisatrices du meeting du 31 octobre 2023 dénoncent l’attitude partisane du PDS de Ouagadougou

ActuBurkina

Attentats de Paris : Le MPP solidaire du peuple français

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR