A la une Economie

SECTEUR DES TRANSPORTS: l’URCB dénonce le non-respect des engagements pris par le gouvernement

L’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) a animé un point de presse le 24 septembre 2019 à son siège, à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre avec les hommes de médias était d’informer l’opinion nationale et internationale sur la non-tenue des engagements pris par l’autorité publique. Il s’agit d’une interpellation de cette dernière à donner satisfaction aux points formulés à l’issue de la réunion du 27 août 2018.

C’est un point de presse de dénonciation et d’interpellation que l’Union des chauffeurs routiers du Burkina a animé le 24 septembre 2019. Pour cause, des trois points sur lesquels le gouvernement a promis satisfaction, aucun point n’a été solutionné. Et à en croire Brahima Rabo, président de l’UCRB, « depuis la signature du protocole d’accord signé le 27 Août 2018, rien de ces points n’a été mis en œuvre par l’autorité gouvernementale ». C’est donc un mécontentement pour l’UCRB qui a respecté son engagement de lever le blocus sur les axes routiers. En rappel, ce blocus faisait suite au mouvement d’humeur suivi d’un arrêt de travail le vendredi 24 août 2018 sur la question des frets. Malgré le temps mis dans l’attente de la mise en valeur des engagements pris par le gouvernement, l’UCRB entend toujours privilégier le dialogue car, suivant Brahima Rabo, elle fait de la négociation le socle d’un climat social apaisé même si elle déplore le fait que le gouvernement a rompu le dialogue. « Nous sommes dépités de constater que la parole donnée par nos dirigeants n’a aucune valeur », a ajouté Brahima Rabo qui a déclaré que « cette situation ne peut perdurer ». « Nous continuons de travailler pour l’avancée de l’économie nationale malgré les conditions de travail et de vie précaires ». L’UCRB invite donc l’autorité signataire à prendre toutes les dispositions nécessaires dans les délais les meilleurs afin que ces mesures soient effectives. Par ailleurs, elle prévoit de se faire de nouveau entendre si d’ici la fin du moins d’octobre,  les lignes ne bougent pas.

Alexandre MOYENGA

(Stagiaire)

Ce que l’UCRB attend du gouvernement :

  • Mettre en place une commission chargée de la refonte globale du système de gestion du fret à destination du Burkina Faso à l’image de la pratique ayant fait ses preuves sur le corridor ghanéen.
  • Œuvrer à l’application intégrale des dispositions de la convention collective du secteur des transports routiers notamment en ses aspects salariaux et de sécurité sociale u cours de l’année 2019.
  • Entamer des pourparlers avec les autorités togolaises afin d’améliorer les conditions de séjour des chauffeurs routiers par l’aménagement de parkings adaptés.

 

photo: Minute.bf

Articles similaires

Une réunion ministérielle pour examiner les questions sécuritaires aux niveaux de la CEDEAO et de la CEEAC

ActuBurkina

CHEICK OUMAR SISSOKO,  CINEASTE MALIEN: « Dans 50 ans, le FESPACO sera unique en son genre »

ActuBurkina

KORA 2015: LES CANDIDATURES SONT OUVERTES

ActuBurkina

Laisser un Commentaire