ActuBurkina
A la une Politique

REVOLUTION BURKINABE : un panel pour réveiller les idéaux défendus par Thomas Sankara

Dans le cadre de la commémoration du 38eme anniversaire de la Révolution burkinabè, le Mouvement conscience nouvelle (MCN) a organisé du 04 au 05 août dernier à Ouagadougou, ses 48 heures sur le l’héritage de la révolution sankariste à l’effet de marquer d’une pierre blanche cet évènement.

Réveiller des idéaux défendus par Thomas Sankara en milieu jeune. Tel est l’objectif du Mouvement conscience nouvelle (MCN). C’est dans cette perspective qu’il a organisé un panel sur trois thématiques à savoir « l’héritage de la révolution sankariste (1983-1987) » ; « l’idéologie sankariste : définitions et dimensions politique, sociale et économique au plan national et panafricain » et « rôle du sankariste dans la conscientisation de la jeunesse et du développement socioéconomique du Burkina Faso ».

Dans sa présentation, Adama Siguiré, l’un des communicateurs a fait une comparaison entre l’époque de Thomas Sankara (1983-1987) marquée à son avis par des valeurs de probité et d’intégrité sur les plans politiques, morales et l’époque d’après Sankara (1987-2021) marquée par la déperdition de ces dites valeurs. Selon Adama Siguiré, Thomas Sankara était le symbole de la droiture morale. Une droiture dit -il, détruite par la classe politique d’après révolution. Pour le communicateur cette classe politique en 30 ans, a détruit toutes les valeurs morales au Burkina en célébrant le vice à la place de la vertu. « La morale n’est plus une valeur au Burkina » a fait savoir le communicateur. En effet, cette immoralité affirme -t-il, célébrée par les dirigeants du pays pendant trente-quatre ans a rendu la politique vicieuse, macabre, lugubre et nauséabonde.

 

Des congressistes venus des différentes provinces

Toujours dans sa présentation, il a laissé entendre que « la politique de Sankara n’existe plus encore moins son héritage ». « Seuls son nom, quelques slogans qu’il scandait ainsi que des tee-shirts à son effigie existent au Burkina » a martelé Adama Siguiré. A l’en croire, ce sont de petits griots mendiants avec des sébiles qui ne sont jamais rassasiés qui font la politique. Et leur devise : Tout pour mon ventre, et rien pour le peuple.

Ces 48 heures sur le l’héritage de la révolution sankariste ont également été marqué par le congrès national du mouvement. Une occasion pour les congressistes venus de 14 provinces du pays d’échanger sur les voies et moyens pour impulser une nouvelle dynamique au mouvement. Ce mouvement, selon son responsable national, Dr Hyacinthe Ouédraogo entend redoubler d’efforts dans la sensibilisation à travers les conférences sur la conscientisation du peuple Burkinabè.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 22 septembre 2021

ActuBurkina

COTE D’IVOIRE : un proche de Guillaume Soro écroué pour « complot »

ActuBurkina

Mali : Le Tchad envoie 1000 soldats pour renforcer la Mission de l’ONU

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR