ActuBurkina
A la une Société

Résilience démocratique au Burkina : Le NDI apporte sa touche à travers un programme

 Le NDI (National Democratic Institute) a procédé au lancement officiel du programme « Burkina Faso : démocratie gnè sira », le 30 novembre dernier, à Ouagadougou, pour contribuer à l’amélioration de la gouvernance au Burkina Faso. C’était en présence du Directeur Afrique du NDI, Dr Christopher Fomunyoh.

 Le Burkina Faso vit une crise sécuritaire et humanitaire sans précédent avec des conséquences énormes sur les populations. Selon de nombreux burkinabè entendus par le NDI, l’une des principales causes de la crise que vit le Burkina est lié à la gouvernance. C’est pourquoi l’ambassade de la Suède a accédé à la requête de financement du programme « Burkina Faso : démocratie gnè sira », qui signifie en français « Burkina Faso : la voie de la réussite démocratique », mis en œuvre par le NDI Burkina Faso, dans les régions de l’Ouest, du Centre et de l’Est.

C’est la Cheffe de coopération/Cheffe de mission adjointe de l’ambassade de Suède au Burkina, Susanne Alldén, qui a donné le top départ du programme, le 30 novembre dernier à Ouagadougou. Prévu pour durer 4 ans, ce programme vise à améliorer la gouvernance en s’inscrivant dans une logique de renforcement de la résilience démocratique pendant et après la période de transition au Burkina. Selon Susanne Alldén, l’ambassade de la Suède a trouvé la proposition de projet très pertinente et très bien élaboré et elle a décidé d’accorder une contribution d’un peu plus de deux milliards de F CFA. Elle a fait savoir que le projet est à cheval sur la transition et l’après transition et il offre l’opportunité d’initier des réformes pendant et après la transition mais surtout d’en faire le suivi afin d’éviter les recueils.

Une photo de famille pour immortaliser l’évènement

Pour le Directeur Afrique du NDI, Dr Christopher Fomunyoh, l’ambassade de Suède est un partenaire privilégié pour la promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance au Burkina Faso, en témoigne ce nouveau programme qui s’inscrit dans la dynamique de contribuer aux réponses face aux multiples défis démocratiques. En effet, le programme s’articule autour de trois principaux piliers qui sont : la promotion du processus démocratique et la redevabilité; la favorisation de la participation citoyenne au processus politique et démocratique et l’accompagnement des partis politiques dans la formulation et l’adoption de réformes pour une meilleure inclusion et une réactivité aux priorités des citoyens.

 Dr Christopher Fomunyoh a également adressé ses félicitations aux acteurs cibles du programme qui auront des opportunités de faire avancer, de manière significative, les bonnes pratiques de gouvernance inclusive ainsi que les réformes en cours et à venir. Les bénéficiaires du programme sont les OSC, les partis politiques, les femmes, les jeunes et les institutions en vue de reconstruire l’Etat. Et les partenaires opérationnels pour la mise en œuvre sont le Centre d’intervention et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA), le Centre d’information et de documentation citoyenne (CIDOC), FasoCheck, l’Association Tin Tua, et 2 autres organisations régionales à identifier par appel à candidature.

Pour rappel, le NDI est une organisation non partisane et non gouvernementale, à but non lucratif qui œuvre dans le monde entier pour le renforcement et le développement des institutions démocratiques à travers la participation civique, la transparence et la responsabilité gouvernementale.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

Niger : 4 gendarmes tués dans l’explosion d’une mine entre Torodi et Makalondi (Tillabéri)

ActuBurkina

Burkina : Mariam Sankara s’enquiert de l’évolution du dossier judiciaire de son défunt mari

ActuBurkina

RDC : la condamnation de l’opposant en exil Katumbi annulée (avocat) 

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR