ActuBurkina
A la une Politique

REPRESSION DE LA MARCHE-MEETING DU 16 SEPTEMBRE : « Le MPP mène lui-même quotidiennement des activités politiques au Burkina et hors du Burkina, malgré l’insécurité » (CFOP)

Après un mois de pause pour raisons de congés, l’opposition politique a repris du service avec son traditionnel point de presse hebdomadaire, ce 17 septembre 2019, à Ouagadougou. L’évolution de la situation sécuritaire, la crise dans le secteur de la santé, la santé du général Djibril Bassolé et la marche-meeting de l’Union d’action populaire (UAP) étaient au menu des échanges entre la presse et les deux animateurs, à savoir le président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), Adama Séré, et le président du Front patriotique pour le renouveau (FPR), Aristide Ouédraogo.

La répression de la marche-meeting de l’Union d’action populaire (UAP), le 16 septembre dernier, à Ouagadougou, a été au menu des échanges. Pour le CFOP, « les autorités n’avaient pas de raison d’empêcher » ladite marche-meeting dans la mesure où des citoyens ont usé de leurs droits civiques garantis par la Constitution et les lois pour dénoncer la manière dont le pays est géré. Réagissant à l’inopportunité de la marche-meeting brandie par le pouvoir, le CFOP pense que c’est « une fuite en avant ». « En effet, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) mène lui-même quotidiennement des activités politiques au Burkina et hors du Burkina, malgré l’insécurité. Des cas de détournements sont enregistrés, malgré l’insécurité. Donc, ce ne serait pas une manifestation pour exiger, entre autres d’ailleurs, la sécurité, qui serait opportune », a déclaré Adama Séré. « Quand on dit, dans un pays, qu’il faut respecter la légalité dans la stricte mesure, cela doit être dans les deux sens. Et les premiers à donner l’exemple doivent être les gouvernants… », a affirmé Aristide Ouédraogo. Et Adama Séré d’ajouter : « au niveau de l’opposition, nous ne voulons pas que le pouvoir en place, sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme, restreigne  les libertés et réprime les opposants ou les syndicats ».  D’ailleurs,  l’opposition a dit noter avec désolation, la dégradation continue de la situation sécuritaire occasionnant un mouvement massif des populations des zones attaquées. Pour les conférenciers, alors que la rentrée scolaire est prévue dans deux semaines, des centaines d’écoles sont occupées par les déplacés internes. C’est pourquoi et face à cette situation, ils  plaident pour la construction  de camps de déplacés dans les sites où il n’y en a pas. « Cela permettra non seulement de libérer les écoles pour les élèves, mais aussi de créer de meilleures conditions pour la sécurité, la santé et le logement acceptable des déplacés, en attendant des solutions à moyen et long termes », a souligné Adama Séré. La crise qui secoue le secteur de la santé depuis un certain temps, avec ses conséquences dévastatrices sur les populations, n’a pas été occultée. De l’avis des conférenciers, au regard de la « catastrophe humanitaire en cours », il y a lieu, pour les acteurs concernés, de « privilégier le dialogue, pour trouver au plus vite une issue à cette crise ». « Il est nécessaire que le gouvernement respecte enfin ses engagements et que les travailleurs de la santé suspendent ou, tout au moins, allègent leur mot d’ordre de grève », a estimé le président du RDEBF, Adama Séré, qui a profité de l’occasion pour inviter  les autorités à permettre au général Djibril Bassolé d’aller se soigner. « Nous respectons la décision de justice, mais nous respectons tout aussi le droit à la vie et le droit à la santé qui sont des impératifs humanitaires », a indiqué M. Séré avant d’ajouter que : « dans un contexte de profonde crise sociale, si le pire advenait à M. Bassolé parce qu’on l’empêche d’aller se soigner, le tissu social s’en trouverait davantage fragilisé ».

Colette DRABO

Articles similaires

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 18 OCTOBRE 2017

ActuBurkina

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 2 AVRIL 2020

ActuBurkina

REPRISE DE LA VILLE DE BAGA AU NIGERIA : Le tournant de l’espoir

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR