ActuBurkina
A la une Société

Réformes aux examens du BEPC et du BAC : « impopulaires et inopportunes », estiment des élèves

Des centaines d’élèves, issus de plusieurs écoles de la commune de Ouagadougou ont, à l’appel de l’Association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO), pris d’assaut le siège du ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales ce 29 mars, par pour disent-ils,  exiger l’annulation pure et simple du décret portant sur les réformes aux examens du Baccalauréat et du BEPC.

La vague des manifestations des élèves depuis l’instauration du décret portant attribution de l’organisation des examens du Baccalauréat aux enseignants du secondaire se poursuit. ce  29 mars, plusieurs élèves issus  de différentes écoles de la commune de Ouagadougou se sont regroupés devant le siège du ministère de l’éducation nationale pour exprimer leur mécontentement suite aux réformes entreprises par ledit ministère concernant  l’organisation de  l’examen du Baccalauréat. Au cours de cette manifestation conduite par l’AESO, les élèves ont exigé l’annulation de cette réforme qu’ils jugent «  impopulaire et inopportune ».

 

Madi Ouédraogo, président de l’AESO

 

«  Nous sommes sortis ce matin pour dire non au décret que notre ministre de tutelle a fait adopter. Depuis quelques jours déjà, le ministre Ouaro a fait une conférence de presse pour expliquer que l’organisation de l’examen du Baccalauréat sera désormais confiée aux enseignants du ministère de l’enseignement secondaire. Une chose que nous jugeons impopulaire et inopportune. Nous ne voyons pas vraiment l’intérêt de transférer l’organisation du Bac au MENAPLN. Comme  il a lui-même dit que cela n’aura aucune incidence sur la valeur du BAC, nous nous disons qu’il faut laisser les choses comme elles sont », a fait savoir Ouédraogo Madi, président de l’AESO.  Par ailleurs, selon lui, il y a des non-dits dans ces réformes. «Nous ne sommes pas dupes. Nous savons qu’il y a des non-dits dans ce réaménagement. En fait, ils veulent conditionner notre accès à l’Université de sorte que tout le monde n’ait plus droit à l’Université. Ce que l’AESO n’acceptera jamais », a t-martelé. Empêchés au départ de rejoindre le ministère, les manifestants ont pu, sur insistance,  soumettre leurs  revendications au SG du MENAPLN. Des revendications qui se résument entre autres à «  l’annulation pure et simple du décret portant sur les reformes de l’examen du Baccalauréat et du BEPC ; à la restauration des deux sujets au choix en Histoire – Géographie et en SVT avec la possibilité d’augmenter le temps de la composition ; à la levée pure et simple de la suspension des activités culturelles et sportives ».

Le SG qui a reçu la plateforme revendicative,  a promis la prise en compte de leurs doléances.

Oumar KONATE  (Stagiaire)

Articles similaires

DIAKONIA RECRUITMENT

ActuBurkina

ATTENTAT TERRORISTE EN COTE D’IVOIRE : un deuil national de 3 jours décrété

ActuBurkina

AFFAIRE  TANWALBOUGOU : « les FDS sont assez responsables, formées et intelligentes pour commettre des bavures de ce genre », soutient le CISAG

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR