ActuBurkina
A la une Economie

Référentiel national de développement : Le projet de document adopté

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé ce vendredi 02 juillet 2021, la deuxième session du comité d’orientation et de formulation du nouveau référentiel national de  développement (RND 2021-2025). Le document a été examiné par les participants qui, après avoir fait des observations, l’ont adopté.

Exit le Plan national de développement économique et social (PNDES). Pour les cinq (05) prochaines années, on parlera désormais du Référentiel national de développement (RND) au Burkina Faso. Il a un coût estimatif de 19030,70 milliards FCFA et sera financé à hauteur de 70% par des ressources internes.

Le projet de document a été adopté ce matin par la deuxième session du comité d’orientation et de supervision du dispositif d’élaboration.

Présidée par le chef du gouvernement, la session a d’abord fait le bilan global de mise en œuvre du PNDES avant de présenter le projet du nouveau référentiel.

Le RND, qui sera très prochainement examiné en Conseil des Ministres, table sur cinq (05) défis majeurs pour transformer l’économie du pays, avec un accent particulier sur celui lié à la sécurité et la cohésion sociale. Et tous les acteurs invités à l’examen du document, notamment les partenaires techniques et financiers, les OSC, les collectivités et le secteur privé, ont relevé la pertinence de cette question qui se trouve être l’axe 1 du référentiel.

Des acteurs qui ont aussi salué la démarche participative de l’élaboration de ce nouveau référentiel, ont fait des suggestions et réaffirmé leur engagement et disponibilité à accompagner le gouvernement dans sa mise en œuvre.

Les observations majeures qu’ils ont formulées sont en rapport avec la digitalisation, l’absorption des financements extérieurs et la réforme des marchés publics en lien avec le contexte sécuritaire. Il est demandé au gouvernement de faire appel, par exemple, au Génie militaire, pour l’exécution de certains marchés publics dans les zones sécuritaires difficiles.

Pour le Premier ministre, ce qui est important, c’est de tirer les leçons des insuffisances du PNDES pour avancer. Il s’agit, à travers le RND, d’engager de nouvelles perspectives pour les cinq prochaines années, a-t-il précisé. Aussi, il a rassuré les participants que les préoccupations et suggestions qui ont été faites, seront prises en compte. Le document ainsi validé va passer par le Conseil des ministres, l’Assemblée nationale, avant la table ronde pour l’appel à financement.

En termes d’évaluation du PNDES, le Secrétariat permanent chargé du suivi de sa mise en œuvre a indiqué un taux global d’exécution de 73.83%. Pour un taux de croissance attendu de 7.7%, le bilan donne 5.8% sur les cinq ans. Une performance liée aux facteurs de la pandémie de covid-19 et de la situation sécuritaire.

DCRP/Primature

Articles similaires

POLEMIQUE AUTOUR DE LA NATIONALITE DE ALI BONGO : Le Gabon mérite mieux

ActuBurkina

2019 : « une année de combat » pour le CDP 

ActuBurkina

RAVITAILLEMENT DE DJIBO : le GAS dresse le bilan

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR