ActuBurkina
A la une Société

REDECOUPAGE DE LA REGION DE L’EST : les membres du Cercle de réflexion Tin Fii décryptent les avantages et les risques

Les membres du cercle de réflexion Tin Fii ont tenu leur deuxième assemblée générale ce 27 février 2021 à Ouagadougou. Cette Assemblée générale a été l’occasion pour les membres de Tin Fii d’explorer les avantages et les inconvénients du projet de redécoupage de la région de l’Est.

Jouer un rôle de leader dans la réflexion sur le redécoupage de la région de l’Est et faire en sorte que les fils et les filles du Gulmu soient impliqués. Tel est l’objet de la deuxième assemblée générale cercle Tin Fii tenue ce 27 février 2021 à Ouagadougou. Comme il est de coutume, selon le président du cercle Tin Fii, Lamourdia Thiombiano, à chaque Assemblée générale, les membre du dit cercle débattent d’un thème important sur la Région du Gulmu. Cette année, c’est le thème sur « les avantages et inconvénients du redécoupage de la région de l’Est » qui est au menu.

Pour le communicateur du jour Mathieu Tankoano, un membre de Tin Fii, sur le plan de la légalité, c’est sur proposition du ministre chargé de l’administration du territoire que l’Etat décide de procéder à un redécoupage administratif. Cependant cela n’exclut pas une concertation avec les ressortissants de la zone ou des zones concernées. En termes d’avantages, sur le plan de l’affirmation de l’Etat, l’administration se rapproche mieux des administrés. Cela veut dire que les nouvelles entités créées devront être dotées d’infrastructures pour accueillir les nouvelles autorités, et des ressources humaines conséquentes pour la coordination des actions de développement. Aussi sur le plan sécuritaire, la région de l’Est étant vaste et faisant frontière avec trois pays que sont le Niger, le Togo et le Benin, ce redécoupage dit -il, permettra un meilleur maillage sécuritaire de la zone.

Pour la suite du processus de redécoupage, Mathieu Tankoano a fait la recommandation à l’Etat de mettre en place une commission interministériel et pluridisciplinaires à la quelle feront parties des personnes ressource du Gulmu, pour que des critères pertinents soient définis pour le redécoupage. Il n’a pas occulté le fait que le sujet sur le redécoupage de région de l’Est fait l’objet discussions empreintes de passions. C’est pourquoi il a rappelé aux ressortissants de la région de l’Est qu’une ligne de démarcation administrative ne peut être plus importante que les liens culturels entre les fils et les filles du Gulmu.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

 

Articles similaires

MINEURE SEXUELLEMENT VIOLENTEE A BANFORA : le présumé auteur des faits aux arrêts

ActuBurkina

UNESCO : Le reggae de Jamaïque entre au patrimoine culturel de l’Humanité

ActuBurkina

SYNACIT : c’est parti pour 5 jours de grève

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR