ActuBurkina
A la une Politique

RECUL DU PARTI DE ZUMA AUX MUNICIPALES: l’ANC va-t-il en tirer les leçons ?

Les dernières élections municipales en Afrique du Sud  ont porté un coup à la suprématie de l’ANC (Congrès national africain), parti de Jacob Zuma. En effet, sur l’ensemble du pays, c’est la première fois que le parti au pouvoir affiche un score aussi bas de 53,9 %. Un score qui s’apparente à une défaite du parti qui a mis fin à la dictature raciste de l’apartheid et fondé les bases de la démocratie en 1994. Si malgré tout et à l’issue de ces élections, l’ANC reste la première formation politique du pays, force est de constater que les urnes l’obligent à céder désormais  beaucoup de terrain à l’opposition, notamment dans les villes très symboliques comme Pretoria et Port Elizabeth, un bastion de la lutte contre l’apartheid. Ce score historiquement bas, traduit le recul de cette formation politique qui  devrait se remettre en cause. Car, faut-il le souligner, le parti perd huit points de moins que les précédentes municipales tenues en 2011. En termes de remise en cause, l’ANC devrait se rendre à l’évidence qu’elle paie pour les frasques  de Zuma trempé dans des scandales à répétition.  

 Zuma a perdu toute crédibilité aux yeux de bien des Sud-africains

 Le  paysage politique qui  se redessine montre que l’héritage du combat de l’ANC, contre l’apartheid, ne suffit plus à convaincre des millions d’électeurs noirs durement affectés par la stagnation économique.  En tout cas, la montée en puissance de l’opposition dans les grandes villes longtemps acquises à l’ANC depuis la lutte contre l’apartheid, promet une campagne acharnée pour les élections générales de 2019. En conséquence, le parti au pouvoir a intérêt  à  rectifier le tir à temps, en renouvelant ses instances. Autrement dit, l’ANC n’a plus intérêt à soutenir vaille que vaille, le président Jacob Zuma dans ses turpitudes.  Et pour son propre bien et celui de son parti, Zuma devrait débarrasser le plancher, s’il tient toujours à son parti et à sauvegarder l’héritage de Nelson Mandela.  D’autant plus qu’il a perdu toute crédibilité aux yeux de bien des Sud-africains. Même  dans son village natal, il a échoué, on ne fait plus confiance à son parti. En attendant le prochain grand rendez-vous électoral, l’ANC doit davantage retrousser ses manches. Mais, le parti de Zuma saura-t-il tirer les leçons de cette contre-performance ? Rien n’est moins sûr.

 Mamouda TANKOANO

Articles similaires

Conférence internationale pour le financement du PNDES II : « Le report ne jouera pas », rassure Lassané Kaboré, MINEFID

ActuBurkina

RENCONTRE GOUVERNEMENT-SYNDICATS: le dialogue social au menu des échanges

ActuBurkina

Request for quotations

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR