ActuBurkina
A la une Politique

RECONDUCTION DE CHRISTOPHE DABIRE : « Le président du Faso s’est montré pragmatique », Issaka Ouédraogo, président du CISAG

Le Premier ministre du second quinquennat du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré est connu depuis hier 5 janvier 2020, en la personne de Christophe Joseph Marie Dabiré, qui a été reconduit à ce poste. Une équipe de votre site  actuburkina.net a voulu avoir l’opinion des citoyens sur cette reconduction. A travers un micro trottoir réalisé ce 6 janvier à Ouagadougou, il ressort que pour les uns, c’est une continuité et pour les autres, le président du Faso se veut pragmatique. Lisez plutôt les réactions.

 

Sagado Nacanabo, secrétaire exécutif du REN-LAC

« Tout le système de gouvernance doit être revu pour espérer des changements notables »

« Deux raisons au moins pourraient justifier la reconduction de Christophe     Dabiré comme Premier ministre. Soit il a bien fait son travail et le chef de l’État veut qu’il poursuive son œuvre.  Il est en ce moment l’homme de la situation. Soit il n’a pas eu assez de temps pour faire ses preuves et le président tient à lui accorder un temps supplémentaire. Dans tous les cas, nous avons déjà dit notre insatisfaction de ce que l’exécutif a fait en matière de lutte contre la corruption au regard des promesses de « tolérance zéro de la corruption » et aussi de ses prérogatives en matière de lutte contre ce fléau.

Des promesses viennent encore d’être faites et nous suivrons et apprécierons aux résultats. Nous attendions beaucoup plus de ce gouvernement post insurrectionnel un assainissement de la gouvernance. Nous faisons le constat que les résultats en matière de lutte contre la corruption sont en deçà des attentes des Burkinabè et du REN-LAC. C’est sur ce point que nous focalisons nos énergies. Autrement, nous ne faisons pas de fixation sur les individus. Christophe Dabiré ou un autre, pour nous, c’est tout le système de gouvernance qui doit être revu pour espérer des changements notables ».

Nouphé Bamogo, citoyen burkinabè

« Félicitation pour ce choix »

« C’est avec beaucoup de suspense que le peuple burkinabè attendait la fumée blanche du côté de Kosyam, relative à la nomination du Premier ministre du gouvernement Roch 2. La confiance renouvelée à Christophe Joseph Marie Dabiré témoigne de l’engagement du chef de l’État à réussir son quinquennat en disposant de personnes ressources pétries de sagesse, travailleuses et engagées pour le bien-être du Burkina Faso. Félicitations pour ce choix ».

Issaka Ouédraogo, président du CISAG

« Le président du Faso s’est montré pragmatique »

« Je pense que la reconduction du Premier ministre Christophe Dabiré n’est ni surprise ni anodine. La première raison est que le chef de l’Etat est resté constant dans sa volonté du respect de la géopolitique qui, d’ailleurs, a été le cas de ses prédécesseurs en tenant compte de nos réalités politiques. Secundo, le président du Faso s’est montré pragmatique dans la mesure où il veut faire de la réconciliation nationale l’une des priorités de son mandat. Par voie de conséquence, Christophe Dabiré dispose des compétences requises pour cela au regard de son expérience, sa maturité, sa sagesse et surtout son sens élevé d’écoute des uns et des autres. C’est un bon choix pour lequel nous devons tous nous réjouir ».

Labidi Naba, président de Observateurs sans frontières

« Le président veut se donner encore un temps de réflexion »

« J’ai attendu la nomination du Premier ministre le lendemain de l’investiture du président Rock Kaboré. Cela a pris du temps plus qu’en 2015. Nommer rapidement avec célérité un Premier ministre présume que l’on s’est préparé de façon conséquente pour assumer la gouvernance de son pays surtout quand on rempile pour une seconde fois. Malheureusement, ça n’a pas été le cas et nous sommes en droit d’émettre les hypothèses ci- après : le président Kaboré  a été réélu par le concours de 3 forces à savoir le MPP, l’APMP et des mouvements de toute nature. Considérant que la politique sous nos cieux demeure toujours une politique de récompense, les tractations pour choisir le Premier ministre se sont vues impliquer ces 3 forces indiquées. En plus de cela, il y a une partie de l’opposition qui entend aller à la mangeoire. Cette bataille d’intérêt personnel ou de groupement a fait durer le choix du Premier ministre. Le fait que ce soit le même Premier ministre qui soit désigné, montre que le président veut se donner encore un temps de réflexion. Espérons que le Premier ministre Dabiré nommera au plus vite les membres de son gouvernement ».

Oscibi Johann, artiste musicien

« Beaucoup de tractations pour la reconduction de Christophe Dabiré »

 

« La nomination du nouveau-ancien Premier ministre du Burkina Faso en la personne de Christophe Dabiré ne m’a pas étonné. Par contre, ce qui est étonnant, c’est le temps mis pour reconduire quelqu’un qui a déjà servi. Et on l’on peut comprendre par là qu’il y a eu beaucoup de tractations pour sa reconduction. Concernant cette reconduite, je pense que c’est une continuité, la preuve, on ne change pas une équipe qui gagne. En réélisant le président Roch avec plus de 57% des suffrages, le peuple a manifesté son désir de continuité. Le Burkinabè a peur du changement. D’où son hésitation à donner la chance à la jeunesse. A mon sens, pour plus de vigueur et de poigne pour les challenges avenir, on pouvait quand même donner la chance à un jeune, non pas parce que papa Dabiré n’est pas efficace mais pour donner un signal fort à notre processus de développement ».

Boukary Cissé, étudiant en L2 anglais

« Une capacité à concilier les tendances dans les négociations »

« Il faut dire que la nomination de Christophe Dabiré est une suite logique au regard de son leadership depuis son arrivée à la primature. Ce leadership s’est également remarqué dans son style de management et par sa capacité à concilier toutes les tendances dans les négociations surtout entre gouvernement et syndicats. Le nouveau Premier ministre aura pour mission de désarmorcer la bombe sociale de la réconciliation qui est l’une des préoccupations du président du Faso. Aussi, faut-il le souligner, il aura pour mission de trouver des solutions aux équations du chômage et du foncier ».

Propos recueillis par Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

UNIR/PS : pas d’AG demain

ActuBurkina

RECONCILIATION NATIONALE: la CODER a un an

ActuBurkina

Barricades sur la voie férrée: Josué Bonkoungou invite les autorités burkinabè à mettre fin à cette situation de blocage

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR