A la une Société

PROGRAMME   SOCIO-ECONOMIQUE D’URGENCE DE LA TRANSITION : En sit-in,  les bénéficiaires revendiquent le financement de leurs projets  

 

Les bénéficiaires du Programme socio-économique d’urgence de la Transition (PSUT) sont mécontents du gouvernement ; du moins, du sort de leurs projets. Ils l’ont exprimé le 27 avril 2016 en observant un sit-in devant le siège du PSUT, pour revendiquer le financement pur et simple de leurs projets entamé par la Transition.

 

Sur plus de 3 455 bénéficiaires, peu sont ceux qui ont reçu le financement de leur projet. C’est ce qu’a déploré Frédéric Zoungrana, porte-parole de la coalition des bénéficiaires du PSUT le 27 avril dernier. Selon lui, le gouvernement de la Transition avait mis en place les différents fonds pour le financement de leurs projets, à savoir le Fonds burkinabè pour le développement  économique et social  (FBDES) et le Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ). Mais le constat est tout autre. Sur 200 jeunes du guichet (FBDES), rappelle Frédéric Zoungrana, seulement 14 jeunes ont reçu 70% du budget d’investissement de leur projet. A l’entendre, les bénéficiaires sont déterminés  dans leur lutte afin d’avoir une réponse favorable à leurs doléances. Leurs revendications sont, entre autres, la mise en place d’une disposition intégrale des ressources financières aux différents fonds pour le financement des projets et la reprise dans un meilleur délai des procédures de finalisation des accords de prêts.

Le PSUT est né de la volonté politique des autorités de la Transition de répondre aux nombreuses sollicitations de toutes les couches sociales burkinabè, notamment la jeunesse. C’est ce qu’a rappelé le porte-parole de la coalition des bénéficiaires. C’est pourquoi il a demandé au gouvernement actuel de poursuivre avec diligence  ledit programme.

Pour sa part, le coordonnateur du PSUT, Olivier Sawadogo, a expliqué que le programme est né dans un contexte de volonté politique de la Transition aux fins de répondre aux aspirations du peuple burkinabè. Mais les moyens n’étaient pas véritablement au rendez-vous, a-t-il déploré. A l’en croire, sur un budget de 25 milliards de F CFA, le PSUT n’a reçu que 10 milliards pour financer les projets. Il  a rassuré les bénéficiaires que leurs revendications seront prises en compte.

Salimata OUEDREAGO (Stagiaire)

Articles similaires

APPEL A CANDIDATURES CENOZO

ActuBurkina

Sénégal: la «détention de Karim Wade est arbitraire », selon l’ONU

ActuBurkina

11es UACO : les ministres invités, reçus par le président du Faso

ActuBurkina

Laisser un Commentaire