ActuBurkina
A la une Politique

PROCESSUS ELECTORAL : la CODER divisée

Dans  une déclaration, quatre responsables de partis politiques membres de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) disent  se démarquer de la position du président en exercice, Dr Ablassé Ouédraogo,  sur les réformes relatives à la plateforme d’enrôlement technique.

« Le jeudi 4 octobre 2018, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sous la conduite de son président, monsieur Newton Ahmed Barry, accompagné d’un commissaire et de directeurs, a échangé avec les partis politiques membres de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) sur les préparatifs des échéances électorales futures.

Ce cadre, initié par le président en exercice de la CODER, le Dr Ablassé Ouédraogo, a regroupé les représentants des partis membres de la CODER. Après un exposé fait par monsieur le président de la CENI, des questions de compréhension ont été posées mais surtout, des inquiétudes légitimes ont été soulevées par nos représentants.

Aux nombreuses préoccupations, le président de la CENI et sa délégation ont apporté des éléments de réponses qui n’ont pas levé les inquiétudes sur les menaces réelles qui planent sur le processus électoral suite à l’application de la nouvelle plateforme d’enrôlement technique en cours à la CENI. C’est pourquoi, il a été suggéré, en synthèse, l’organisation d’un atelier avec les partis politiques de la CODER sur cette plateforme d’enrôlement technique.

Le vendredi 5 octobre 2018, le quotidien d’informations générales « l’Observateur Paalga » dans sa publication N° 9706 du vendredi 5 au dimanche 7 octobre 2018, en rendant compte de ces échanges, titrait à la une : « Réformes de la CENI, la CODER y adhère ». Nous, partis politiques ADF/RDA, CDP, NAFA et UNDD, membres de la CODER ne nous reconnaissons pas dans cette déclaration d’ « adhésion aux réformes de la CENI ».

Nous sommes d’ailleurs surpris, étant donné que c’était juste une rencontre d’information et d’échanges et à laquelle comme, à l’accoutumée, nos partis se font représenter et non une rencontre de prise de décision.

Mieux, il faut préciser qu’une telle position ne peut être déterminée que par la conférence des présidents qui en est la seule instance habilitée.

Par la présente déclaration, nous voulons réaffirmer à l’opinion nationale et internationale que nous gardons toujours notre position sur le Code électoral modifié, voté unilatéralement par le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) en l’absence de consensus entre les acteurs politiques; lequel consensus fait partie des standards internationaux de crédibilité de la démocratie et des élections. Par conséquent, nous voulons rassurer nos militants et l’opinion publique que nous nous démarquons de cette position dite “d’adhésion aux réformes de la CENI” que le journal attribue au président en exercice de la CODER.

Nous lançons un appel à tous les démocrates sincères d’ici et d’ailleurs à se pencher sérieusement sur le recul du processus de démocratisation de notre pays à travers le tripatouillage du Code électoral et la remise en cause de l’indépendance de la CENI par son arrimage aux structures gouvernementales.

Ouagadougou, le 16 octobre 2018

Ont signé :

Pour l’ADF/RDA

Me Gilbert Noël Ouédraogo

Pour le CDP

Eddie Komboïgo

Pour la NAFA

Mamoudou H. Dicko

Pour l’UNDD

Hamadou Dabo

Articles similaires

SITUATION NATIONALE : l’opposition prévoit une marche de protestation le 29 septembre

ActuBurkina

SENEGAL : l’activiste Kemi Seba libéré

ActuBurkina

Mali : l’exportation du riz, du mil, du sorgho…interdite

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR