ActuBurkina
A la une Economie

Probable augmentation du prix du pain : « Le prix reste le même…jusqu’à ce que l’autorité habilitée à décider, décide », selon Abdoulaye Tall, ministre du commerce

Trois membres de l’Exécutif à savoir les ministres de  l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo, par ailleurs porte-parole du gouvernement, celui du Développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprise, Abdoulaye Tall, et la ministre  des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur Olivia Rouamba, étaient face à  la presse ce 28 avril 2022, à Ouagadougou. Les échanges ont porté sur l’annonce de la probable augmentation du prix du pain  par la fédération des boulangers, le communiqué de la CEDEAO après expiration de son ultimatum  pour une réduction du délai de la Transition. Sur la question de l’augmentation du prix du pain, le gouvernement a indiqué que le sujet sera tranché par le cadre de concertation tripartite,  dans les prochains jours.

La sortie de la fédération des patrons de boulangerie, le 27 avril dernier,  annonçant une probable augmentation du prix du pain, a fait réagir le gouvernement dès le lendemain. Lors du point de presse du gouvernement ce  28 avril, le ministre en charge du commerce a été clair. « Une seule partie ne peut pas augmenter le prix du pain. L’annonce de la fédération des boulangers ne signifie pas une augmentation du prix.  Peut-être que c’est une stratégie de communication, ou un moyen de pression sur les autres acteurs mais cela n’a pas de valeur quelconque. Le prix reste le même et nous avons les structures de contrôle sur le terrain pour veiller à cela,  jusqu’à ce que l’autorité habilitée à décider, décide », a tranché le ministre Tall. A l’en croire, avec  l’augmentation supplémentaire du prix de la farine de blé, la fédération a encore saisi le  ministère. Des  échanges entre  les différents acteurs de l’observatoire des prix se sont tenus du 11 au 25 avril. A l’issue des concertations, divers scénarii ont été envisagés. Lesquels scénarii seront soumis au Cadre de concertation tripartite pour décision à prendre », a laissé entendre le ministre qui rassure que « c’est une affaire de jours ». « Juste de la patience mais je rappelle qu’on est là pour assurer l’intérêt général. S’il y a une augmentation, ce sera une augmentation avisée et acceptée par les consommateurs, les syndicats, par toutes les parties prenantes. Ce n’est pas possible de vous dire tout de suite s’il y aura augmentation ou pas mais ce que je puis vous dire, c’est que le prix n’a pas augmenté et la décision sera prise par l’ensemble du Cadre tripartite », a rassuré  le ministre du commerce qui a dit comprendre « la préoccupation des boulangers ». « De toute façon,  le gouvernement n’a pas vocation à tuer les entreprises, il a vocation à en créer et à renforcer celles existantes, mais il a aussi pour vocation de protéger le consommateur », a-t-il relevé.

Sur le communiqué de  la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dont l’ultimatum est arrivé à expiration depuis le 25 avril dernier, la ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Olivia Rouamba, a relevé que depuis l’avènement des nouvelles autorités, celles-ci ont marqué leur bonne disposition à collaborer avec l’institution sous-régionale. Des aspects qui, à son avis,  ont beaucoup pesé dans la balance quand il s’est agi de prendre des sanctions ou pas à l’encontre du Burkina. Selon  elle,  des chefs d’Etat de l’institution sont d’accord qu’il ne faudrait pas que le Burkina subisse le même sort que certains Etats. « Ils sont plus soucieux du devenir des Burkinabè que de tout autre chose », a indiqué la cheffe de la diplomatie burkinabè

Colette DRABO

Articles similaires

VERDICT DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL : « …une victoire du droit », selon la CODER

ActuBurkina

CONTRÔLE ROUTIER A OUAGADOUGOU : 162 tricycles mis en fourrière

ActuBurkina

Mali : politiques et associations dénoncent la durée de la transition

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR