ActuBurkina
A la une Politique

Premier congrès extraordinaire de  L’UNIR/MPS: Le comité d’organisation installé

En prélude à son premier congrès extraordinaire prévu pour se tenir les 4, 5 et 6 novembre 2022, l’Union pour la renaissance, mouvement patriotique Sankariste (UNIR/MPS) a animé une conférence de presse ce 1er août 2022, à Ouagadougou. Il était question de présenter les membres du comité d’organisation et de se prononcer sur l’actualité nationale et internationale.

 Après son congrès de fusion tenu du 30 octobre au 1er novembre 2021, l’Union pour la renaissance, mouvement patriotique Sankariste (UNIR/MPS) tiendra son tout premier congrès extraordinaire après la fusion, les 4, 5 et 6 novembre 2022 à Ouagadougou, ainsi en a décidé le Bureau politique nation (BPN) du 16 juillet dernier. Selon le président du l’UNIR/MPS, Me Bénéwendé S. Sankara, le congrès a pour objectif de réadapter la feuille de route du parti de « l’œuf et de la colombe » au contexte socio-politique que traverse notre « notre pays ». Pour lui, la situation actuelle commande que le parti réadapte son programme pour se mettre dans une logique de transition politique.

Quid d’une éventuelle candidature à la tête du parti après 22 ans de combat politique et de défense des libertés individuelles et collectives, Me Sankara se veut, on est un peu plus clair, « c’est le congrès qui en décidera. Mais il n’est pas exclu Sankara soit président ». Il a en outre laissé entendre que diriger un parti politique n’est pas un privilège, mais un fardeau.

Concerne sa dernière sortie sur la censure de la diffusion de l’enregistrement de l’émission à vous de juger, Me Sankara s’explique. « L’UNIR/MPS n’a pas la prétention de remplacer le Conseil supérieur de la communication (CSC) dans son rôle régalien de garantir la liberté d’expression. Mais sachez que notre parti, l’UNIR/MPS a toujours remis en cause le bâillonnement des droits acquis. Et depuis l’arrivée au pouvoir du MPSR, nous avons constaté une remise en cause de la liberté d’opinion et de presse ». A en croire Me Sankara, cette indignation contre cette prise en otage de la chaîne nationale, s’explique par  le fait que l’un de ses militants en la personne de Nathanaël Congo, a pris part en tant qu’invité.

Dans le cadre de la tenue du congrès, un Comité national d’organisation (CNO) fort de 15 membres a été installé. Il est présidé par Halidou Sanfo et secondé par Job Ouédraogo.

Le CNO se compose comme suit : la commission thème et alliances, la commission relations extérieures, la commission finances, la commission mobilisation, la commission animation et protocole, la commission transport, la commission accueil et hébergement, la commission restauration, la commission communication, commission presse et réseaux sociaux, commission sécurité, commission santé et la commission secrétariat.

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

Campagne cotonnière 2024-2025 : une subvention de 10 milliards accordée aux producteurs pour l’achat des intrants

ActuBurkina

ROCH A PROPOS DU DR ELLIOT : « nous travaillerons pour que le couple puisse se retrouver » »

ActuBurkina

DJIBO: la brigade de gendarmerie vandalisée, une cinquantaine de prisonniers libérés

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR