ActuBurkina
A la une Société

PAMA NEBIE, SG DE LA CADDL, A PROPOS DU PROBLEME FONCIER : « Le président Damiba n’a toujours pas une feuille de route sur la gestion du foncier »  

La Coalition des associations pour la défense du droit au logement (CADDL) a organisé une conférence de presse, le 24 mai 2022 à Ouagadougou, sur la gestion du foncier par les nouvelles autorités. La Coalition a noté que plus de 100 jours après sa prise du pouvoir, le Lieutenant-colonel Paul- Henri Sandaogo Damiba n’a toujours pas une feuille de route claire en matière de gestion du foncier.

 Les fraudes qui ont entaché la gestion du foncier sous les régimes des présidents Blaise Compaoré et Roch Kaboré sont si importantes qu’on ne peut prétendre rendre justice aux victimes sans opérer une rupture courageuse et révolutionnaire. C’est ce qu’a fait savoir le bureau de la Coalition des associations pour la défense du droit au logement (CADDL) au cours d’une conférence de presse tenue le 24 mai dernier à Ouagadougou.

Selon le SG de la CADDL, Pama Nébié, « plus de 100 jours après sa prise du pouvoir, le président Damiba n’a toujours pas une feuille de route claire par rapport à la gestion du foncier ». A en croire le SG de la CADDL, cette situation est la preuve que la bonne gestion du foncier et du logement est loin d’être une priorité pour le pouvoir actuel. La CADDL a fait savoir que tout comme sous le régime de Roch Kaboré, on assiste toujours au pillage systématique du foncier urbain, péri urbain et rural par des promoteurs immobiliers indélicats sous le regard du pouvoir militaire, à tel point que la Coalition se demande si le pouvoir du MPSR n’est pas un pouvoir au service de certains promoteurs immobiliers.

La CADDL a exigé des autorités de la Transition, des audits sérieux de la gestion du foncier par les maires sous les pouvoirs Compaoré et Kaboré. Une suite devrait être donnée aux conclusions des rapports d’enquête parlementaire de 2006 sur le foncier. Pour une gestion parcimonieuse des questions foncières, le bureau de la CADDL a exigé l’abrogation de la loi sur la promotion immobilière au Burkina, une relecture concertée de la Réforme agraire et foncière (RAF) et l’apurement du passif foncier.

 Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

 

Articles similaires

MALI : la Cour constitutionnelle refuse aux membres du CNT le statut de député (arrêt)

ActuBurkina

Recrutement litigieux à la CNSS: le Tribunal administratif suspend la décision du DG

ActuBurkina

Région de l’Est : l’armée libère une dizaine d’otages après une opération

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR