ActuBurkina
A l'etranger A la une Santé

Paludisme: le Cap-Vert, 3e pays à éradiquer la maladie

Le Cap-Vert, archipel dans l’Atlantique, est devenu le troisième pays d’Afrique où le paludisme est officiellement considéré comme éradiqué alors que la maladie continue à tuer des centaines de milliers de personnes sur le continent chaque année, a indiqué l’Organisation mondiale de la Santé.

Le Cap-Vert, Etat insulaire d’environ 500.000 habitants, est, après l’Île Maurice en 1973 et l’Algérie en 2019, le troisième pays africain auquel l’OMS reconnaît d’avoir entièrement éliminé le paludisme. L’OMS parle dans un communiqué de « succès significatif en matière de santé globale ».

Plus de 40 Etats ont obtenu la même certification, décernée quand un pays fournit la preuve que la chaîne de transmission domestique par les moustiques est interrompue à l’échelle nationale pendant au moins trois années consécutives.

Le paludisme (ou malaria) continue cependant à causer la mort d’un nombre estimé en 2022 à 608.000 personnes, pour près de 250 millions de contaminations à travers le monde, dit le site de l’OMS. La cinquantaine de pays africains supportent une part disproportionnée du tribut, avec 580.000 décès, soit 95% du total mondial, et 94% des contaminations. Les enfants de moins de cinq ans représentent 80% des décès en Afrique.

« La réussite du Cap-Vert est un rayon d’espoir pour la région africaine et au-delà. Elle démontre qu’avec une volonté politique forte, des politiques efficaces, un engagement communautaire et une collaboration multisectorielle, éliminer le paludisme est un objectif atteignable », déclare le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, citée par l’organisation.

Ce succès, après d’autres, « nous fait espérer que, grâce aux outils existants ou nouveaux, notamment les vaccins, nous pouvons nous prendre à rêver d’un monde sans paludisme », renchérit le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus…
Le combat contre la malaria a longtemps surtout consisté dans la prévention avec l’emploi de moustiquaires ou la prise de médicaments préventifs, et le recours aux insecticides. L’OMS écrit cependant sur son site recommander deux vaccins depuis 2021.
L’OMS souligne le profit tiré par le Cap-Vert de l’éradication du paludisme. « Cela pourrait attirer davantage de visiteurs et stimuler les activités socio-économiques dans un pays où le tourisme représente environ 25% du PIB », dit-elle.
L’OMS rappelle qu’avant les années 1950, l’archipel connaissait régulièrement de graves épidémies et que toutes les îles étaient touchées. Le pays a réussi à éliminer la maladie en 1967 et en 1983 en procédant à des pulvérisations d’insecticides, mais des erreurs ultérieures ont permis au mal de revenir. Depuis le dernier pic à la fin des années 1980, le paludisme ne subsistait plus que dans deux îles, Santiago et Boa Vista, dit l’OMS.

L’élimination du paludisme est devenu un objectif de santé nationale au Cap-Vert en 2007 et a donné lieu à un plan stratégique entre 2009 et 2013, dit-elle. L’OMS invoque des diagnostics plus généralisés, des traitements plus précoces et la gratuité des soins dispensés aux étrangers. Le Cap-Vert a maintenu la vigilance malgré la pandémie de Covid-19, salue-t-elle.

AFP

Articles similaires

SEYDONI PRODUCTION: 3 jours d’activités pour célébrer ses 20 ans d’existence

ActuBurkina

Ouagadougou: la Police nationale  saisit un trafiquant en possession de 12kg de cannabis

ActuBurkina

IUTS : les Forces de sécurité intérieure exigent son « annulation pure et simple »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR