ActuBurkina
A la une Santé

Paludisme au Burkina :  plus de 12 millions de cas enregistrés dont 4 355 décès en 2021, selon le SP/Palu 

En prélude à la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme le 25 avril, placé sous le thème : « Il est temps d’atteindre l’objectif zéro paludisme : investir, innover, mettre en œuvre », le Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme (SP/Palu) a organisé une rencontre d’information et d’échange avec la presse, le 20 avril 2023 au siège du PADS à Ouagadougou.

Le 25 avril prochain, le monde entier va commémorer la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. C’est dans le cadre de cette commémoration que le Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme (SP/Palu) a organisé une rencontre d’information et d’échange avec les Hommes de médias pour décrire la situation qui prévaut dans le monde, partant du Burkina, et de solliciter le soutien de la presse. Sur la situation du paludisme dans le monde, le rapport publié en décembre 2022 montre une augmentation des cas de paludisme. Et il ressort que de cette augmentation, la région Afrique de l’OMS continue d’assumer la charge la plus lourde de la maladie, a fait remarquer Dr. Sidzabda Christian Bernard Kompaoré, le SP/Palu. En effet, il a indiqué « que près de 80% des décès dû au paludisme dans la région africaine concernaient des enfants de moins de cinq ans ». Malgré un effort remarquable pour intensifier la lutte contre le paludisme au cours des deux dernières décennies, trop de personnes, a-t-il dit, passent à côté des interventions dont elles ont besoin pour prévenir, diagnostiquer et traiter la maladie.

Responsables du SP/Palu et journalistes ont posé pour la postérité

 

Selon le SP/Palu, au Burkina Faso, le paludisme représente le premier motif d’hospitalisations enregistré dans les centres hospitaliers du pays et est la première cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans. Tout en déplorant l’inapplication des mesures sanitaires par les populations, il a fait remarquer que le pays a enregistré au cours de l’année 2021, 12 231 086 cas de paludisme dont 4 355 décès et les plus vulnérables sont les enfants de 0 à 25 mois et les femmes enceintes. Que faire face à cette situation ? De l’avis de Dr Kompaoré, en plus des actions menées par le SP/Palu, et les actions à venir dont celle de la vaccination de la population avec près d’un million de vaccins en janvier 2024, il faut l’accompagnement de la presse pour renforcer les acquis, influencer les décideurs, inciter les dirigeants à prioriser et à mettre en œuvre leurs engagements en faveur de l’élimination du paludisme, dans les productions et programmes médiatiques. Au cours des échanges, les journalistes, tout en saluant l’initiative du SP/Palu, ont déploré la réticence des acteurs du domaine à participer aux actions d’informations sur les questions sanitaires dans les médias.  Sur la question, Dr Kompaoré a rassuré les hommes de médias et promis une nouvelle approche des acteurs du SP/Palu avec les médias. Pour atteindre ses objectifs à court et long termes, le SP/Palu a dit placer sa confiance en son slogan de sensibilisation « Zéro palu ! je m’engage ».

Adama NIKIEMA

(Stagiaire)

Articles similaires

NIGER : sept proches de Hama Amadou en liberté

ActuBurkina

RWANDA : où est donc passée l’opposante Diane Rwigara ?

ActuBurkina

JOURNÉE MONDIALE DU DONNEUR DE SANG 2020 : le  message de la ministre Claudine Lougué

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR