ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Niger : l’ONU soutient les mesures convenues par la CEDEAO

 L’ONU a déclaré mardi qu’elle soutenait les mesures convenues par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en réponse au coup d’État au Niger, mais espérait qu’il n’y aurait pas d’intervention militaire, comme l’organisation l’a menacé.

« Nous restons déterminés à soutenir les efforts de la CEDEAO pour rétablir l’ordre constitutionnel et consolider les acquis démocratiques », a déclaré Leonardo Santos Simão, l’envoyé des Nations unies pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest, aux journalistes.

La CEDEAO a lancé dimanche un ultimatum aux putschistes nigériens en déclarant qu’elle n’exclut pas le recours à la force s’ils ne libèrent pas et ne rendent pas le pouvoir au président déchu, Mohamed Bazoum, dans une semaine.

Simão, par vidéoconférence depuis le Ghana, a assuré que des efforts diplomatiques sont en cours pour atteindre cet objectif, et a exprimé l’espoir que « le recours à la force ne sera pas nécessaire ».

« Tous les moyens doivent être utilisés pour parvenir à un règlement pacifique du problème, mais nous reconnaissons également que la CEDEAO a droit à d’autres mesures si elle le juge opportun », a déclaré le diplomate.

Interrogé par l’avertissement des juntes militaires qui gouvernent le Mali et le Burkina Faso, qui ont dit que toute intervention militaire au Niger équivaudrait à une déclaration de guerre contre eux, Simão a préféré ne pas faire de commentaires, mais a annoncé qu’il se rendrait demain à Bamako et qu’il pourrait aborder cette question avec les autorités maliennes.

Le représentant de l’ONU a insisté sur le fait que « personne ne veut voir un conflit régional », tout en soulignant que la CEDEAO a décidé d’être « intolérante » aux coups d’Etat.

Il a souligné que les prises de pouvoir par la force qui se sont répétées ces dernières années dans plusieurs pays de la région « doivent cesser » et que l’Afrique de l’Ouest doit redevenir le « modèle » de consolidation démocratique qu’elle était auparavant.

« Le Niger et la région n’ont pas besoin de coups d’État. La population mérite de jouir de la paix, de la gouvernance démocratique et de la prospérité », a-t-il souligné.

En outre, Simão a mis en garde que ne pas rétablir l’ordre constitutionnel dans le pays, la situation sécuritaire dans la région ne fera qu’empirer et il est probable que le terrorisme augmentera.

Le coup d’État au Niger a été mené par une junte militaire, dénommée Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CLSP), qui a annoncé la destitution du président, la suspension des institutions, la fermeture des frontières et un couvre-feu nocturne jusqu’à nouvel ordre.

Le Niger est ainsi devenu le quatrième pays d’Afrique de l’Ouest dirigé par une junte militaire, après le Mali, la Guinée-Conakri et le Burkina Faso, où des coups d’État ont également eu lieu entre 2020 et 2022.

Dans tous les cas, la CEDEAO a imposé des sanctions économiques, comme elle l’a déjà fait au Niger, mais aucune n’est intervenue militairement.

AP

Articles similaires

PROBLEME FONCIER A BALKUY: les populations à couteaux tirés avec la société immobilière SATMO 

ActuBurkina

Lutte contre le terrorisme: l’état-major général des Armées met en garde les soldats fuyards

ActuBurkina

GESTION DU PATRIMOINE DE L’ETAT : le processus de formulation de référentiels lancé

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR