ActuBurkina
A la une Société

Education nationale : L’ UNAPES-B reprend « service »

L’Union nationale des associations des parents d’élèves du post-primaire, du secondaire et du supérieur du Burkina (UNAPES-B) a relancé ses activités ce 13 avril 2023 à travers une conférence de presse. Une  relance qu’elle  dit inscrir sous le signe « d’une école résiliente au Burkina Faso ».

« Relance des activités de l’UNAPES-B, quelles stratégies pour une école plus résiliente dans un contexte de crise secrétaire ? ». C’est sous ce thème que la faîtière des associations des parents d’élèves a relancé ses activités, après près de deux années de silence et de bataille judiciaire dû à une crise au sein de la structure. Une bataille judiciaire que son président, Hector Ardent Ouédraogo et ses camarades ont remporté. « L’UNAPES-B est de nouveau en ordre de bataille », a rassuré Hector Ouédraogo. Selon lui, le secteur de l’éducation est fortement éprouvé par la crise sécuritaire avec, notamment, la fermeture de nombreuses structures éducatives, privant plusieurs milliers d’enfants du droit à l’éducation. En effet, face à cette urgence, l’UNAPES-B entend jouer pleinement sa partition et occuper la place qui est la sienne malgré la crise qu’elle a traversée et qui a ralenti « nos activités au grand désarroi des acteurs du système éducatif burkinabè » a déploré le président de l’UNAPES-B.

Dressant le bilan de l’impact de la crise sur le secteur de l’éducation au Burkina Faso, Hector Ouédraogo et ses camarades se veulent, on est un plus claire. Ils affirment que selon le rapport mensuel du Secrétariat technique de l’éducation en situation d’urgence, à la date du 31 mars 2023, c’est au total 6334 structures éducatives qui sont fermées, alors que ce chiffre était de 6134, soit une hausse de 200 nouvelles structures éducatives fermées à ce jour. Il ressort également du présent rapport que le nombre d’élèves affectés par la fermeture des structures éducatives s’élève à ce jour à 1 089 732 dont 529 095 filles. Ce, contre 1 050 172  élèves dont 510 331 filles, enregistrés en février 2023. Et le nombre d’enseignants actuellement affectés est quant à lui, de 32 232 dont 10 105 femmes.

« Ces fermetures concernent aussi bien les établissements post-primaire, secondaire et supérieur comme l’université de Dori qui demeure toujours fermée. Et les régions de la Boucle du Mouhoun, les Cascades, le Centre-est, le Centre-nord, le Centre-ouest, le Sahel, le Nord, l’Est…, sont les plus touchées », dépeint Hector Ouédraogo, président de l’UNAPES-B.

Face à ces résultats catastrophiques, l’UNAPES-B dit s’être mise de nouveau en ordre de bataille pour faire face aux défis à relever. En ce sens, l’Union des associations des parents d’élèves envisage notamment assurer une fonction de veille, de prospective et de communication dans le domaine de l’éducation en situation d’urgence. Elle entend aussi faire le plaidoyer auprès de partenaires pour la mobilisation des ressources au profit de l’éducation en situation d’urgence. Sans oublier qu’elle s’engage à contribuer aux campagnes d’information et de sensibilisation contre l’extrémisme violent.

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

 52e Session ordinaire du conseil des droits de l’homme : La ministre de la justice Bibata Nébié prend part aux travaux

ActuBurkina

RECONCILIATION NATIONALE: la CODER a un an

ActuBurkina

Football: Didier Drogba choisit le Canada !

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR